Da Vinci Code

par

Résumé

La nuit est tombée sur Paris en ce début des années 2000. Jacques Saunière, conservateur au musée du Louvre, est blessé à mort par un étrange personnage, Silas, moine membre de l’Opus Dei. L’Opus Dei, c’est cette branche de l’Église catholique, sectaire, réactionnaire, qui incarne l’ordre ancien de temps révolus. Avant de mourir, Saunière laisse un message : avec son propre sang, il dessine un pentacle sur son ventre, trace un cercle sur le sol, puis se couche nu en son centre, recréant la célèbre figure de l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci. Enfin, il dissimule un message secret en écrivant sur le sol une liste de chiffres et deux lignes de texte, un court poème, à l’aide d’une encre invisible. Et aussi un dernier message, bien visible : « PS : trouver Robert Langdon ». Le policier Jérôme Collet fait donc appeler Robert Langdon, célèbre symbologiste américain de passage à Paris. Mais le message de Saunière était-il un appel ou une dénonciation ? Langdon est bientôt soupçonné par Collet et son supérieur Bézu Fache d’être le meurtrier.

Pendant ce temps, Silas a poursuivi sa quête : après avoir contacté un mystérieux homme appelé Professeur, il s’est rendu à l’église Saint-Sulpice, où il a cherché en vain la clé de voûte, la pièce maîtresse que Saunière lui a indiquée. Il comprend que le conservateur l’a berné, et il tue la gardienne de l’église, religieuse et membre du Prieuré de Sion, organisation détentrice de secrets datant d’avant la chrétienté.

Quand elle découvre le cadavre de Saunière, sa petite-fille, Sophie Neveu, est effondrée. Cependant, cette spécialiste en cryptologie perçoit le danger qui plane sur Langdon : elle l’informe qu’il est suivi par la police à l’aide d’un traceur, dont elle l’aide à se débarrasser. Multipliant les réflexions, échafaudant maintes hypothèses, Langdon et Sophie comprennent que le message secret laissé par Saunière concerne l’œuvre de Léonard de Vinci. Cependant, la police est toujours aux trousses de Langdon, que Sophie doit une fois encore aider à s’échapper. Ils prennent le chemin d’un établissement bancaire afin d’y rencontrer André Vernet, un ami de Saunière, et d’accéder à un coffre : Langdon a deviné que les chiffres tracés par Saunière sont une combinaison permettant d’en ouvrir la porte.

Chemin faisant, Langdon éclaire Sophie sur la nature du Prieuré de Sion et de son bras armé, les Chevaliers du Temple. Leur but en ce monde : protéger le Saint Graal, cette coupe ayant contenu le sang du Christ. Arrivés sur place, les fugitifs sont reconnus par un vigile qui alerte la police. Grâce à Vernet, le duo échappe encore une fois à ses poursuivants et parvient au coffre qui contient un objet, un cryptex,  sorte de réceptacle conçu par Vinci et fabriqué par Saunière, qui ne s’ouvre qu’à l’aide d’un mot de passe. Il porte un message gravé, apparemment indéchiffrable. C’est l’objet que cherchait Silas, la pierre angulaire de tous les secrets du Prieuré de Sion et l’indispensable guide vers le Saint Graal.

En quête de nouveaux éclairages, Langdon et Sophie se rendent chez l’historien Sir Leigh Teabing, spécialiste du Graal. Il leur apprend que les récits concernant le Christ ont été compilés sous l’empereur Constantin, trois cents ans après les faits. C’est le concile de Nicée, en 325, qui a décidé de la nature divine du Christ. En outre, Jésus avait une épouse, Marie-Madeleine, qui lui a donné des enfants. Pour preuve, Sir Leigh montre à Langdon et Sophie les indices cachés dans le tableau de la Cène peint par Léonard de Vinci : le personnage à la droite de Jésus n’est pas l’apôtre Jean, mais bien Marie-Madeleine. Le Graal n’est pas une coupe, mais une femme, qui a porté le sang du Christ, au sens d’un enfant de son sang. Il existe donc bien une descendance de Jésus, et le Prieuré allait dévoiler ce secret. C’est pourquoi l’Église a fait assassiner Saunière. C’est alors que Silas surgit, juste avant que le policier Collet ne survienne à son tour. La lutte est vive, mais Langdon, Sophie et Sir Leigh parviennent à s’échapper et gagnent l’Angleterre dans l’avion privé de l’historien. Ils ont emmené Silas – soigneusement garrotté – avec eux, et Rémy, le domestique de Sir Leigh.

C’est alors que Sophie découvre un élément clé : le message inscrit sur l’objet trouvé dans le coffre peut être lu, pourvu qu’il soit observé dans un miroir. Ce texte évoque une pierre tombale, les Templiers et un code. La pierre en question serait-elle la statue de Baphomet, que les Templiers auraient autrefois adorée ? Après bien des efforts, ils déduisent que c’est le mot Sofia qui semble être le code permettant d’ouvrir l’objet. Effectivement, l’objet s’ouvre, mais pour révéler un nouvel objet qui évoque la tombe d’un chevalier. Il leur faut alors retrouver l’orbe qui ornait cette tombe.

Pendant ce temps, Bézu Fache n’est pas resté inactif : il alerte la police britannique qui encercle l’aérodrome où atterrit l’avion. Une ruse de Sir Leigh permet aux fuyards d’échapper aux policiers. Leur nouvelle destination : Temple Church, à Londres, où reposent nombre de Templiers. C’est alors que Rémy jette le masque en délivrant Silas : lui aussi est aux ordres du Professeur. Le domestique félon prend Sir Leigh en otage et oblige ainsi Langdon à se défaire du cryptex. Le Professeur donne de nouveaux ordres : Rémy doit lui apporter le cryptex. Quand ce dernier s’exécute, le Professeur le tue, puis dénonce Silas à la police. Ce dernier s’est réfugié dans une discrète résidence de l’Opus Dei. Quand il avise les voitures de police qui convergent vers le bâtiment, il comprend qu’il va être arrêté : il fuit en ouvrant un chemin devant lui à coups de pistolet. Ce faisant, il atteint accidentellement monseigneur Aringosa, une des hautes figures de l’Opus Dei qui venait d’arriver à Londres. Atterré, Silas emmène le prélat à l’hôpital, avant de fuir encore. Lui-même blessé au cours de la fusillade, il se traîne vers Kensington Park où il meurt, espérant en la miséricorde divine. Aringosa, lui, songe ; il pense à cet appel téléphonique reçu quelques semaines plus tôt : un certain Professeur affirmait détenir des informations qui assureraient la mainmise de l’Opus Dei sur l’Église.

Pendant ce temps, l’enquête continue pour Langdon et Sophie. De nouvelles recherches leur ont démontré que le chevalier dont ils cherchent la tombe n’est autre qu’Isaac Newton, qui repose à l’abbaye de Westminster. Une fois arrivés sur place, ils trouvent la tombe, et les orbes qui les intéressaient. Mais il y a aussi un message du Professeur : il détient Sir Leigh et leur ordonne de le rejoindre au jardin. Là, Langdon et Sophie ont la stupeur de se trouver face à Sir Leigh Teabing qui pointe une arme vers eux : le Professeur, c’est lui ! Son but : révéler au monde le secret du Graal. Pourquoi avoir tué Saunière ? Parce que celui-ci hésitait à révéler le secret, pensant qu’une menace planerait alors sur le Graal. Une fois le meurtre commis, restait à percer le secret, et donc à trouver le cryptex. Mais l’avoir ne suffit pas : il faut résoudre ses énigmes. Sir Leigh a besoin des lumières de Sophie ; c’est toutefois Langdon qui devine le nouveau mot de passe – apple, « pomme » – et ouvre discrètement le cryptex. Il en retire un papyrus et jette en l’air l’objet maintenant vide. Sir Leigh lâche son arme et s’élance pour le rattraper quand surgit Bézu Fache, qui arrête le malfaiteur.

Les indications du parchemin contenu par le cryptex mènent Langdon et Sophie en Écosse, à Rosslyn Chapel. Cette église médiévale a été bâtie par et pour les Chevaliers du Temple. Sophie connaît l’endroit, elle s’y est rendue quand elle était petite fille. Elle se souvient avoir vu son grand-père faire signe à quelqu’un au seuil d’une maison voisine. Elle se rend à cette maison et découvre que sa grand-mère, Marie Chauvel, vit là avec un jeune homme qui n’est autre que le frère de Sophie. Les parents des jeunes gens sont morts dans un accident – mais en était-ce un ? Les grands-parents ont décidé de protéger les enfants : ils ont changé leurs noms, les ont séparés, et le frère a été caché en Écosse. Pourquoi étaient-ils en danger ? Parce qu’ils sont du sang de Marie-Madeleine, donc descendants de Jésus. Le mystère est éclairci, la vie peut reprendre son cours. Le danger a uni les cœurs de Langdon et Sophie, qui promettent de se retrouver bientôt à Florence. Mais avant cela, Langdon perce le dernier mystère, celui du poème écrit près du corps de Saunière : au Louvre se trouve une petite pyramide souterraine. Langdon s’y rend et tombe à genoux : le Graal est là, il en est sûr.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >