Dalva

par

Les indiens, une race méprisée

Chaque société a ses parias. Une classe sociale qui est considérée comme inférieure et marginalisée de ce fait par les autres. Tout connaisseur de l’histoire des Etats-Unis sait pertinemment que le continent américain était initialement occupé par les indiens, lesquels étaient maîtres des lieux avant que la race blanche aille peupler le pays de l’oncle Sam. Ils étaient de véritables amoureux de la nature, avaient un mode de vie fort simple et étaient respectueux de certains us et coutumes. Leur massacre par les blancs a donc quelque chose d’injuste eut égard au fait qu’ils étaient chez eux. Mais le plus scandaleux, c’est qu’apparemment la plupart des colons ne semblait pas avoir conscience de cet état de chose. Et ces justement une partie de ces injustices qu’a également exposé Jim Harrison dans son roman « Il m’a rétorqué qu’il ne voulait pas entendre parler des Indiens parce qu’ils causaient des ennuis. Et il causait des ennuis parce que c’étaient des "animaux" différents de nous [..] Cette remarque assez précise m’a paru intéressante ». Ceci est d’autant plus intéressant que Dalva est de sang mêlé, et a rang d’héroïne, comme en une manière pour l’auteur de réhabiliter les indiens et de prouver qu’ils ont en eux des choses positives.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les indiens, une race méprisée >

Dissertation à propos de Dalva