Dan Yack

par

La personnification de l'époque moderne

Le but avoué de l'auteur Blaise Cendrars était de représenter dans ses deux œuvres regroupées, sa vision de l'évolution de l'humanité de son époque. Cette période, époque moderne dont il fut le contemporain, c'est ce qu'il put observer, son environnement, son temps. Plus précisément, pour critiquer cette période, il prendra le personnage et héros éponyme du roman, Dan Yack, personnification de l'être humain des années 1920, l'entre-deux guerres.

Cendrars justifiait ainsi son projet littéraire (notons que les années 1920 furent pour Cendrars le moment où il arrêta définitivement la poésie pour se consacrer au roman, changer d'écriture, et donner à son art un esprit de nouveauté constant) : '' Le monde est ma représentation. J’ai voulu dans Dan Yack intérioriser cette vue de l’esprit, ce qui est une conception pessimiste ; puis l’extérioriser, ce qui est une action optimiste. D’où la division en deux parties de mon roman : la première, du dehors au dedans, sujet du Plan de l’Aiguille ; du dedans au dehors, objet des Confessions de Dan Yack, la deuxième. Systole, diastole : les deux pôles de l’existence ; outside-in, inside-out : les deux temps du mouvement mécanique ; contraction, dilatation : la respiration de l’univers, le principe de la vie : l’Homme.

''Les confessions de Dan Yack'' étant la seconde partie de cette œuvre Dan Yack, censée s'axer plutôt sur l'optimisme, après la dominante pessimiste qui règne dans ''Le plan de l'aiguille'', et donc le paradoxe entre ces deux faces, les deux mouvements qu'il a empruntés et quelque part les différentes figures de l'humain qu'il a souhaité y dépeindre.

Ce roman permet ainsi à l'auteur de rassembler de manière chronologique et historique les grands événements, les dates importantes de ce début de siècle et les avancées et échecs réalisés par le genre humain, en se fondant sur sa propre vision des choses, mais aussi sur sa propre expérience personnelle. Il passe ainsi d'une espèce de parabole, à un lamento (en s'interrogeant sur l'humanité, et en donnant l'impression à plusieurs reprises que son personnage principal nait, renait, se découvre, encore et encore, sans jamais boucler son cycle, et en démarre un autre, à l'image des générations humaines, qui d'époque en époque passent d'une mode à une autre, d'une période à une autre, sans boucler totalement les précédentes.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La personnification de l'époque moderne >