De l'existence à l'existant

par

Emmanuel Levinas

Chronologie : Vie, Regards sur l’œuvre, Éléments sur la pensée

 

1906 : Emmanuel Levinas naît à Kaunas (Empire russe, actuellement Lituanie) dans une famille russophone dont le père est libraire. Sa jeunesse est marquée par l’apprentissage de l’hébreu et une éducation traditionnelle juive. Pendant la Première Guerre mondiale la famille vit en Ukraine et connaît donc la révolution d’Octobre. Il étudie au lycée de Kharkov où son goût le porte vers la lecture ; les œuvres de Dostoïevski, Pouchkine et Shakespeare tout particulièrement le marquent.

 1923 : Levinas commence des études de philosophie à Strasbourg. Il y rencontre Maurice Blanchot qui devient un ami. C'est à Fribourg-en-Brisgau, où il passe l’année universitaire 1928-1929, qu’il découvre la philosophie d’Husserl, dont il assiste au dernier séminaire, tout en suivant l’enseignement de Heidegger. La thèse de doctorat qu’il soutient en 1930 porte sur La Théorie de l’intuition dans la phénoménologie de Husserl. Cette année-là, Levinas est naturalisé français. Il traduit les Méditations cartésiennes, transcriptions de conférences qu’avait tenues Husserl à la Sorbonne en 1929, où le philosophe allemand exposait les concepts fondamentaux de sa phénoménologie transcendantale. Levinas contribue par là grandement à favoriser l’introduction en France de la phénoménologie husserlienne, qui nourrira notamment Merleau-Ponty et Sartre.

1934 : La pensée de Levinas a donc été largement influencée par la phénoménologie allemande, ses lectures de la Bible hébraïque, mais aussi la philosophie israélite, et notamment la pensée de Franz Rosenzweig (1886-1929) – et son œuvre L’Étoile de la Rédemption –, qui critiquait les totalisations auxquelles se livrait la philosophie occidentale. Dans les Quelques réflexions sur la philosophie de l’hitlérisme que Levinas publie en 1934, il expose les dangers de cette idéologie national-socialiste qui réunit de façon perverse des aspirations universalistes et un sentiment communautaire. En 1935, toujours en raison de la montée du nazisme, il préconise dans son essai De l’évasion de « sortir de l’être par une nouvelle voie ».

1947 : Levinas, après avoir été mobilisé en 1940, est arrêté à Rennes et passe la guerre dans un camp de prisonniers pour officiers où il écrit De l’existence à l’étant,...

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >

Dissertation à propos de De l'existence à l'existant