De l'existence à l'existant

par

Le rapport avec autrui

Une fois sa conscience assumée et son moi reconquis face à l’« il y a », l’être humain doit encore accomplir un pas supplémentaire. Reconnaître son existence dans le néant est certes une chose, mais elle n’est pas suffisante pour acquérir une totale liberté, une totale revendication de soi-même. C’est là que, selon Levinas, le pas le plus difficile reste à faire.

En effet, cette nouvelle existence, cette nouvelle liberté est considérée par l’être humain comme merveilleuse mais à la fois porteuse de bon nombre de difficultés. Assumer sa propre existence, que l’on ne connaissait pas du tout et que l’on vient juste de reconquérir, s’avère être une entreprise ardue. Reconnaître son moi ne suffit donc pas, il faut ensuite savoir l’utiliser, l’assumer, l’adopter afin de faire totalement corps avec lui et de s’arracher à l’« il y a ».

Selon Lévinas, c’est par la relation au monde que le moi peut réellement s’affirmer. En effet, un objet seul, dénué de tout environnement et de repères, n’a aucun point de comparaison et ne peut se confronter à rien dans...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le rapport avec autrui >

Dissertation à propos de De l'existence à l'existant