De la brièveté de la vie

par

Résumé

De la brièveté de la vie (De brevitate vitæ) est un dialogue de Sénèque écrit en 49 ap. J.-C. L’auteur s'adresse à son beau-père, Paulin, à qui il démontre que la vie n'est pas trop courte, que ce sont seulement les hommes qui la perdent en occupations futiles – « Voilà la vérité : nous n'avons point reçu une vie courte, c'est nous qui l'avons rendue telle : nous ne sommes pas indigents, mais prodigues. »

Sénèque commence par expliquer qu'il est commun à tous les hommes de se plaindre de la brièveté de la vie, qu’elle est en réalité assez longue, mais mal exploitée. Selon l’auteur, la nature a été généreuse, mais certains perdent leur temps en occupations futiles et en travaillant trop. De manière générale, ces hommes qui se plaignent ne savent tout simplement pas à quoi employer leur temps, et c'est la raison pour laquelle ils sont finalement surpris par la mort.

Sénèque fait une différence entre « la vie » et « le temps », la vie définissant exclusivement le temps vécu et non perdu. Il pense que les hommes « se consument » les uns dans les autres, quelle que soit leur position dans la société. Ils défendent leurs biens avec âpreté, mais rarement leur temps, qui est pourtant leur bien le plus précieux. Il reproche donc aux hommes de « vivre comme s'ils devaient toujours vivre », c'est-à-dire sans prendre en compte le fait que la vie est limitée en durée, et de faire des projets pour un temps dont ils ne sont pas sûrs de disposer, au lieu de faire un meilleur usage du...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de De la brièveté de la vie