De la nature humaine

par

À propos de la divinité

En déclarant que les passions et les pensées sont le fruit d’actions mécaniques, l’on pourrait être tenté de croire que Hobbes nie l’influence et le rôle de toute divinité dans la création de l’Homme. Toutefois, Hobbes ne va pas à l’encontre de la religion dans son traité.

En effet, il part du principe que la notion d’esprit est répandue à travers toutes les cultures, quelles que soient leurs religions ou leurs pratiques spirituelles, pour conclure que la preuve de l’existence des esprits est universelle et découle du raisonnement de tout homme.

« Il est vrai que les païens et toutes les nations du monde ont reconnu qu’il y avait des esprits que l’on a regardés comme incorporels, d’où l’on pourrait vouloir conclure qu’un homme sans le secours des Saintes Écritures peut à l’aide des seules lumières de la raison parvenir à connaître qu’il existe des esprits, mais les idées que les païens ont eues des esprits sont, comme je l’ai dit ci-devant, les suites de l’ignorance de la cause des fantômes et des apparitions. »

Ainsi, tout en cherchant à faire de la détermination de la nature humaine une s

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur À propos de la divinité >