De Marquette à Veracruz

par

Résumé

Un père et son fils dérivent au large de Veracruz, dans une petite embarcation puante. Le premier agonise : ses mains ont été tranchées, son visage est tuméfié. Quant au second, il lui manque le pouce de la main droite. C'est pour abréger ses souffrances que le fils pousse le père dans l'océan, où il coule après un long moment. L’œuvre raconte, sur trois décennies, les circonstances et les évènements qui ont mené à cette terrible scène.

David Burkett, quatrième du nom, a seize ans. Il vit dans le Michigan, à Marquette, sur la rive du lac Supérieur. La famille de David est richissime : son arrière-grand-père et son grand-père ont fait fortune dans l'exploitation de la forêt et du minerai. Cela ne s'est pas fait sans dégâts : en ces temps de capitalisme flamboyant, on ne s'embarrassait pas de scrupules, aussi la famille Burkett s’est-t-elle gagné une réputation détestable, celle de gens ayant détruit des milliers d'hectares de forêt, piétiné le droit et la propriété privée, et acquis leur fortune par des moyens plus que discutables. Le père, David III, n'a jamais travaillé. Il a combattu pendant la Seconde Guerre mondiale, mais c'est son seul titre de gloire. C'est un quadragénaire alcoolique, un coureur de jupons friand d'adolescentes, au point d’avoir désiré Cynthia, sa fille de quatorze ans. Sa femme, la mère de David, vit dans une brume entretenue par les cachets qu'elle avale chaque jour, noyés dans une cascade de martinis. Dans leur grande demeure vivent également Clarence le jardiner, aux ancêtres finnois et indiens chippewas, et Jesse, que le père de David...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de De Marquette à Veracruz