De Marquette à Veracruz

par

La figure paternelle, et la figure maternelle

La famille Burkett n'est pas un exemple de vertu d'un point de vue professionnel et commercial, elle ne respecte ni la nature, ni le droit de son pays, et la situation n’est guère meilleure au niveau personnel, relationnel et humain. En effet, elle semble totalement névrosée et dénuée de toute dimension morale.

David a dû composer dans son enfance avec un père égoïste, violent, mais surtout alcoolique et prédateur sexuel. C'est ainsi qu’il apprend que ne nombreuses femmes de son entourage ont été violées par son père ; dont Vera la femme qu’il aime et sa petite sœur Cynthia. Et pourtant il reste impuni. « Je devais remarquer [...] combien tous les grands prédateurs étaient théocratiques, et remarquer aussi que si l'on voulait violer la terre et les gens, qu’il s’agisse des premiers Indiens ou des classes laborieuses qui ont suivis, il était crucial de penser que Dieu était de son côté. »

Sa mère est aussi alcoolique et dépressive. Elle sait que tout le monde connait les méfaits de son mari, et qu'elle est constamment trompée. Elle tente de passer son mal-être dans l'alcool, et prend aussi de nombreux médicaments, des antidépresseurs qui affectent son comportement et son esprit.

La famille est maudite et pourrit tous ses membres, David sent le besoin de s'en...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La figure paternelle, et la figure maternelle >

Dissertation à propos de De Marquette à Veracruz