Enquête sur l'entendement humain

par

Entre pensées et impressions

Hume devise la philosophie en deux types, comme nous l’avons mentionné plus haut. Il pense que les hommes doivent trouver le milieu approprié entre ces deux types. Ils doivent établir un rapport direct entre société et action. Ils doivent s’intéresser à la philosophie facile sans rejeter le raisonnement. La seconde philosophie, qui est abstraite et rigoureuse possède un avantage sur la première car cette dernière ne peut atteindre son perfectionnement qu’à travers la seconde. Hume prend l’exemple du peintre qui donne à ses représentations humaines une exactitude en se basant sur la structure humaine développée par l’anatomie qui est une science de la nature humaine et qui fait donc partie de la philosophie abstraite et rigoureuse. L’auteur va plus loin en disant que bien que la philosophie abstraite et rigoureuse semble fermée aux esprits communs, ils ne doivent pas abandonner le désir de l’acquérir car elle leur procurera des biens éternels : des connaissances sur l’organisation de l’esprit humain qui ne sont que le résultat d’une multitude de tentatives.

Après avoir fait une distinction entre pensées et impressions, le philosophe soutient que malgré l’idée selon laquelle la pensée humaine n’aurait pas de bornes, à y voir de près, elle est renfermée. Ceci parce qu’elle se réduit à la faculté de mêler, transporter, accroître ou réduire les matériaux que nous offrent les sens et l’expérience. Par conséquent, le pouvoir de création de notre esprit est une copie des impressions ou des pensées. Nos idées sont connectées et Hume s’étonne qu’aucun de ses compères n’ait essayé, avant lui, de s’intéresser à la classification des principes d’associations de...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Entre pensées et impressions >

Dissertation à propos de Enquête sur l'entendement humain