Enquête sur l'entendement humain

par

Entre sciences morales et sciences exactes

Les relations d’idées, l’une des deux catégories des objets de la raison humaine ou de la recherche naturelle, concernent les sciences exactes. Hume pense qu’elles sont le résultat de toute affirmation intuitivement ou démonstrativement certaine. Les « choses de fait », seconds objets de la raison humaine sont connues différemment. L’évidence de leur vérité n’est pas certaine ou ne correspond pas forcément à une réalité. Il estime que cette deuxième partie de la philosophie n’est pas suffisamment explorée et qu’elle devrait susciter plus notre curiosité. Les raisonnements sur les « choses de fait » découlent de la relation de cause à effet. C’est à travers cette relation que nous pouvons dépasser le témoignage de nos sens et de notre mémoire. Par ailleurs, le type de raisonnement est basé sur une connexion entre le fait présent et celui qui est suggéré. Il prend l’exemple de l’audition d’une voix ou d’un discours dans le noir. Les personnes en présence supposent qu’ils entendent quelqu’un d’autre. Le mécanisme et le procédé par lequel nous arrivons à la connaissance de la cause et de l’effet découlent non pas de la raison mais plutôt l’expérience. Par conséquent, si nous nous trouvons face à un objet pour la première fois, comment établir une relation de cause à effet ? Dans ce cas, nous devons inventer, imaginer ou définir un évènement pour l’associer à cet objet. Il s’agit d’un procédé arbitraire. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle aucun philosophe n’a jamais eu la prétention d’affirmer qu’il connaît la cause derrière un phénomène naturel.

Le...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Entre sciences morales et sciences exactes >

Dissertation à propos de Enquête sur l'entendement humain