Etoile Errante

par

La réalité du voyage : un voyage forcé

Le thème du voyage est récurrent et très présent dans « Etoile Errante ». C’est essentiellement à travers le personnage d’Esther et de sa mère Elisabeth que Le Clézio nous fait partager l’expérience du voyage.

            Avant même de lire le roman, le lecteur perçoit déjà la notion du voyage dans le titre « Etoile Errante ». On a l’idée d’une lumière constamment en errance, en liberté vers un ailleurs. La lumière est représentée par Esther dont le prénom juif signifie « étoile ». Celle-ci, voulant fuir les horreurs de la guerre va sans cesse chercher à se réfugier. Dès le début du récit, la famille Grève apparaît nouvellement installée à Saint Martin, un petit village qui accueille les réfugiés juifs.

            Ce n’est qu’après la mort de Michel et surtout la fin de la guerre qu’Esther, avec sa mère, va sérieusement songer à quitter le village niçois, à la quête de conditions de vie meilleures. Une série d’aventures s’enchainent alors. De ville en ville, de pays en pays, les deux femmes traverseront, non sans mal, d’abord la montagne pour ensuite embarquer sur un bateau surpeuplé au milieu d’autres réfugiés juifs comme elles, leur rêve étant d’arriver à Israël, la terre promise. Terriblement fatigant et éprouvant, ce voyage forcé est également vécu par le lecteur qui ne peut que compatir.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La réalité du voyage : un voyage forcé >