Fondements de la métaphysique des moeurs

par

Emmanuel Kant

Chronologie

 

1724 : Emmanuel Kant (Immanuel en allemand) naît à Königsberg, capitale de la Prusse-Orientale, dans un milieu très modeste, d’un père artisan sellier et d’une mère sincèrement piétiste. Ses deux parents, profondément honnêtes, lui inspirent une morale scrupuleuse.

1732 : Grâce à sa mère, liée à un pasteur professeur d’université et directeur du Collegium Fredericianum, Emmanuel intègre celui-ci. S’il apprécie la culture latine qu’il y reçoit, il gardera un souvenir angoissée de l’atmosphère religieuse du lieu.

1740 : Kant commence ses études à l’université de Königsberg. Il y préfère l’enseignement de la philosophie et de la science à celui de la théologie et découvre notamment les théories de Newton. De l’étude de Wolff il conservera l’idée d’une méthode rigoureuse, et du piétisme la force de contrainte de la loi.

1746 : À la mort de son père il interrompt ses études et devient précepteur dans des familles des alentours de Königsberg pour près de dix ans. Travaillant chez une comtesse, il prend goût à la vie mondaine et à ses raffinements, et s’adapte si bien que sa compagnie sera grandement recherchée sa vie durant.

1755 : Après son habilitation obtenue avec une Dissertation sur les principes premiers de la connaissance métaphysique, Kant commence à enseigner à l’université de Königsberg en tant que privat-docent (Privatdozent). Pendant près de quarante ans, il donne des cours dans des matières variées : métaphysique, théologie, sciences, logique, droit naturel, pédagogie, anthropologie, mais encore géographie physique. Toute sa vie sera consacrée à l’enseignement et à la recherche, on ne note aucun évènement marquant en dehors des parutions de ses œuvres.

1770 : Grâce à sa thèse connue sous l’intitulé Dissertation de 1770 (voir ci-dessous), après quinze ans de gêne matérielle Kant devient professeur ordinaire à l’université de Königsberg

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >

Dissertation à propos de Fondements de la métaphysique des moeurs