Intermezzo

par

…joints à des éléments de comédie

La pièce de Giraudoux entretient tout au long de ses trois actes un ton résolument léger et comique. En effet, les personnages, les situations contribuent à cette légèreté et à cet humour qui donnent à la pièce ce ton comique et farceur si caractéristique de l’auteur. Tout d’abord, les personnages eux-mêmes participent à cette trame comique. Le personnage principal en particulier, Mlle Isabelle, est au centre de la dynamique comique de la pièce. Malgré sa profession d’institutrice supposée faire d’elle quelqu’un de respectable et digne de confiance, elle devient l’objet de tous les soupçons lorsqu’elle se voit accusée de convoler avec un fantôme, ceci en raison de ses méthodes d’enseignement peu orthodoxes et de son physique avantageux. La sage institutrice nourrit en effet la réputation d’une personne séduisante, dont le physique charmeur exciterait les ardeurs des hommes. Le décalage entre la profession d’institutrice et le statut de Vénus convoitée suffit pour créer le comique, cependant, Giraudoux joue la carte de la surenchère en attribuant effectivement à Isabelle une relation, comme ses détracteurs le prétendent. Mais ici encore le comique reste au premier plan, car plutôt que de choisir un partenaire ordinaire, elle qui pourrait obtenir tous les hommes faits de chair qu’elle voudrait, elle élit un fantôme.

« LE CONTRÔLEUR : Prenez garde, Isabelle, prenez garde !

ISABELLE : À qui ? À quoi ?

LE CONTRÔLEUR : Méfiez-vous des morts ou des prétendus morts qui rôdent autour d’une jeune fille. Leurs intentions ne sont pas pures.

ISABELLE : Celles des vivants le sont davantage ?

LE CONTRÔLEUR : Leur jeu est bien connu. Ils s’occupent à séparer un être de la masse des humains. Ils l’attirent par la pitié ou la curiosité loin du troupeau qui se plaît aux robes et aux cravates, qui aime le pain et le vin et ils l’absorbent. Votre spectre ne fait point autre chose. »

À travers les personnages eux-mêmes, Giraudoux tisse son œuvre sur la trame de l’humour. Il ajoute à cela de nombreuses situations qui amènent au rire, comme quand les habitants du village en appellent à l’Inspecteur d’académie de Limoges pour chasser un être surnaturel. En effet, ce personnage, responsable de toute la hiérarchie éducative d’une académie, et de par sa profession supposé détenir les aptitudes nécessaires à évaluer les autres professeurs, se révèle en somme un homme superstitieux et croyant au surnaturel. Cependant, pour le maire qui va choisir de l’appeler à l’aide, il constitue l’individu idéal pour cette chasse aux sorcières : « Pourquoi l’avoir convoqué de Limoges ? Il passe pour brutal, les esprits n’aiment pas les butors. – C’est qu’il est venu de lui-même. C’est qu’il entend se déranger lui-même pour combattre tout ce qui surgit d’anormal ou de mystérieux dans le département. Dès qu’un phénomène inexplicable se manifeste dans la faune, la flore, la géographie même de la région, l’Inspecteur survient et ramène l’ordre»

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur …joints à des éléments de comédie >