Intermezzo

par

Une vision du système éducatif menant à la présentation de valeurs opposées

À travers le personnage de l’Inspecteur, sefait sentir le point de jonction dans l’œuvre entre comique et ironie critique.L’extrait précédent nous montre le point de vue de l’auteur quant à uneprésence trop importante des inspecteurs d’académie, une hiérarchie troppolicée du système éducatif. On traque la jeune institutrice qui n’a pour seultort que d’aimer un spectre, on se déchaîne dans les rues et les comités pourune histoire de mœurs : « toutela morale bourgeoise est cul par-dessus tête ». En opposant l’Inspecteurà Mlle Isabelle, Giraudoux oppose un système bureaucratique non adapté audéveloppement des jeunes à une vision idyllique et idéale de celui-ci. Eneffet, tout ce que la jeune remplaçante institutrice a instauré afin d’ouvrirl’esprit des petites filles auxquelles elle fait classe, comme par exemple leurdonner cours dans les champs, les éduquer aux bienfaits de la nature, au lienineffable entre celle-ci, la vie et l’amour, l’inexistence de la punition danssa classe – tout ce qui, en somme, constitue un hymne à la vie et au bonheur,est rejeté par le représentant académique. Le bonheur qui étreint la villedepuis l’arrivée du spectre n’est pas du tout de son goût, et pour lui, iln’est pas question d’accepter cette chance dont la bourgade semble bénéficier,car elle n’est pas naturelle. Aussi, plutôt que de se réjouir des pratiquesnovatrices de l’institutrice, il préfère la révoquer.

« L’INSPECTEUR : Que le tableau bleureste ici ! Qu’il reste avec la craie dorée, l’encre rose et le crayon cacad’oie. Vous aurez un tableau noir, désormais ! Et de l’encre noire ! Et desvêtements noirs ! Le noir a toujours été dans notre beau pays la couleur de lajeunesse… Et regardez-moi ! À la bonne heure, elles commencent à seressembler maintenant. Un mois de discipline et l’on ne pourra plus lesdistinguer l’une de l’autre… »

Ainsi, plus que l’idée de bonheur, c’est l’idéede changement qui effraie l’inspecteur. Plutôt que d’accepter que ce soit lefantôme, synonyme habituel de mort et de fin, qui dispense ici bonheur et joie,il préfère rester dans le réconfortant malheur tranquille d’une triste bourgadesans amour. La fortune nouvelle des habitants les plus pauvres auxquels revientle gros lot à la loterie ne le réjouit pas mais le trouble, puisque ceci estplutôt inhabituel.

C’est ainsi que grâce à ce décalage créé entreces deux personnages extrêmes, aux efforts que l’un et l’autre font pour secontrer mutuellement – la masse des villageois indécis se situant entre euxdeux –, Giraudoux oppose deux visions radicales de la vie, de l’amour, dubonheur et des manières d’y accéder.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une vision du système éducatif menant à la présentation de valeurs opposées >