Jeanne d’Arc

par

Résumé

Tout d'abord, précisons qu'un résumé brut ne peut pas tout à fait rendre justice aux saveurs de la pièce. L'intérêt du Mystère de la charité de Jeanne d'Arc est en grande partie dû à son style qui, proche de la prose poétique et de l'incantation, fait de la répétition son motif essentiel. Par ailleurs, Péguy s'attarde essentiellement sur les débats religieux et philosophiques de ses trois personnages féminins et la narration est réduite à son minimum – ce n'est que l'histoire d'une détermination, au choix héroïque ou psychotique, qui se révèle par le dialogue. Ainsi, le « mystère » du titre est équivoque : Péguy renvoie à la fois au genre théâtral médiéval et, plus simplement, à la question : comment Jeanne d'Arc est devenue ce qu'elle était ? La réponse de Charles Péguy semble être que la piété indéfectible de Jeanne d'Arc viendrait de la terre, des êtres involontairement mais profondément stoïciens qui la travaillent.

            La pièce commence pendant l'été 1425, à Domremy. Jeanne d'Arc, treize ans et demi, file en surveillant les moutons de son père. Elle prie de toutes ses forces et ce faisant elle formule son désarroi : Dieu est toujours, malgré les preuves manifestes de sa puissance, ignoré par les hommes. Elle pense qu'il faudrait, pour que le règne de Dieu vînt, « une sainte... qui réussisse. »

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Jeanne d’Arc