L’île des esclaves

par

Les épreuves

Les épreuves établissent une symétrie entre les scènes. Euphrosine est la première à endurer les diverses péripéties qui surviennent. Dans un deuxième temps, c’est au tour d’Iphicrate de les vivre. Nous pouvons noter trois types d’épreuves.

Tout d’abord, comme une sorte d’introduction, le changement de situation sociale. Effectivement, lorsque les personnages échouent sur l’île, les maîtres deviennent esclaves et inversement. On pourrait alors dire que l’épreuve ne réside que du côté des maîtres puisqu’ils perdent leur puissance, leur supériorité, et deviennent inférieurs à leurs esclaves. Mais ce n’est pas le cas puisque les esclaves sont tenus de ne pas se venger outrancièrement du passé. Ils doivent simplement corriger le comportement de leurs maîtres afin que leurs relations avec eux s’améliorent. Ainsi, la prise de pouvoir n’est que temporaire et ne sert en aucun cas à complaire aux penchants des esclaves. Notons que les esclaves restent dépendants et inférieurs à leurs maîtres (leur rôle n’est que temporaire).

Puis vient l’épreuve du tableau : les anciens esclaves dépeignent l’attitude de leur maître en leur présence. Ici, Arlequin et Cléanthis prennent le pouvoir par la parole. Ils deviennent supérieurs parce qu’ils peuvent enfin dire ce qu’ils pensent de leurs maîtres sans risquer des représailles. Donc, par cette nouvelle parole libre, ils s’émancipent en quelque sorte et s’octroient un des attributs majeurs de leurs maîtres. Cependant, il convient de nuancer le propos, puisque même si les esclaves prennent la parole, ils ne la maîtrisent pas aussi bien que leurs maîtres.

Enfin, Iphicrate et Euphrosine doivent endurer les désirs des nouveaux maîtres : Cléanthis et Arlequin désirent en effet de nouvelles choses et les imposent aux deux autres personnages. Par exemple, à partir de la scène 6, les deux nouveaux maîtres « jouent » le rôle des maîtres et tentent de discuter, de séduire. Ils prennent par là de nouveau le pouvoir puisque c’est eux qui décident et non quelqu’un d’autre pour eux. Les anciens maîtres doivent ainsi subir les décisions des esclaves, et ils vivent difficilement cette dépossession d’eux-mêmes, car on veut alors contraindre chacun à aimer quelqu’un qu’ils n’ont pas choisi. Peu habitués à un tel traitement, confrontés à l’absurdité de la chose, ils se braquent devant cette nouvelle épreuve.

 

    Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Les épreuves >