La controverse de Valladolid

par

Jinez de Sépuldéva

Jinez de Sépuldéva 

C’est un savant et brillant théologien espagnol de son époque. Contrairement à Las Casas, il n’a pas vécu dans le nouveau monde. Néanmoins il est cultivé et familier avec la philosophie et la rhétorique car il traduit des ouvrages d’Aristote. Il défend le concept de la « juste guerre ». Pour Sépulvéda, les Indiens n’ont droit ni au respect ni à la pitié de la part des espagnols.

Si son point de vue ne change pas, son argumentation évolue au fil du texte :

-Au départ, il estime que les indiens ne sont pas des enfants de Dieu puisqu’ils ne connaissent pas le Christ. Par conséquent, ce ne sont pas des hommes et les espagnols n’ont donc aucune obligation envers eux.

-Ensuite Sépuldéva estime que même si on reconnaît aux indiens une qualité d’êtres humains, il y a une différence de niveau entre les races ; certaines races inférieures sont faites pour être dominées.

Sépuldéva contrairement à Las casas est un homme calme et posé et excellent rhétoricien. Il procède le plus souvent par des syllogismes. On reconnait facilement qu’il est un homme de lettres.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Jinez de Sépuldéva >

Dissertation à propos de La controverse de Valladolid