La demande d’emploi

par

Résumé

La Demande d’emploi de Michel Vinaver ne correspond à aucun schéma narratifclassique, et plutôt qu’un enchaînement d’actes et de scènes linéaire, l’auteurnous offre ce qu’il appelle des « morceaux », chronologiquementdésordonnés. Au sein même des morceaux, les lignes temporelles se mélangent,l’avant, le pendant et l’après se confondent, et les personnages semblent êtreà deux endroits, deux époques à la fois. Quatre personnages sont présents toutdu long sur la scène : Fage, homme vieillissant ; sa femmeLouise ; sa fille Nathalie, seize ans ; et Wallace, le directeur durecrutement des cadres de l’entreprise où postule Fage.

 

La scène centrale – du moins celle qui estrestituée de la manière la plus linéaire, avec parfois des morceaux qui lui sontpresque intégralement consacrés – est celle de l’entretien d’embauche de Fagepar Wallace. Le poste à pourvoir est celui de président-directeur général de laCommunauté Internationale de Vacances Animation (CIVA), sorte de ClubMéditerranée. Leur dialogue est truffé de questions typiques d’un entretiend’embauche – « Que visez-vous ? Où voulez-vous arriver ? »– et de formules managériales pleines d’idéaux mais comme vidées de sens – « Nousattachons beaucoup d’importance à l’homme », « La combinaison d’unréel dynamisme et d’une personnalité intensément créatrice ».

Un élément fait tiquer Wallace : il necomprend pas pourquoi Fage, après sept années dans la même entreprise, asouhaité démissionner ; Fage répond qu’on l’a licencié de manièremalhonnête. Wallace expose l’ambition de CIVA, qui est de créer un service devoyages alternatif pour les Américains, à la croisée du voyage indépendant,forcément raté, et du voyage organisé, toujours humiliant. Fage formuleaussitôt des idées pour ce faire, mais Wallace révèle, quand Fage fait preuved’agressivité envers son ancien employeur, qu’il n’écoute pas vraiment ce qu’ildit et qu’il fait durer l’entretien suffisamment longtemps pour que Fage setrahisse, montre des signes d’anormalité. Wallace se considère comme un trèsgrand meneur d’entretiens d’embauche, il décrit l’exercice comme un art, etmême comme une séance de psychanalyse. Il explique ainsi que certainsinterviewés, même si l’entretien ne débouche pas sur une embauche, leremercient pour la discussion. De fait, Wallace aborde parfois des questionsintimes, et il semble qu’il cherche à établir le profil psychologique de Fage,en tentant de le cerner bien au-delà du cercle de compétences utiles pour leposte à pourvoir.

Fage, malgré ses réticences, finit parpartager ses difficultés familiales, notamment le fait qu’il se sent dépassépar les desseins de sa fille. Dans ce mouvement vers l’intériorité du postulant,Wallace finit par faire avouer à Fage qu’il a bel et bien démissionné de sonancien poste. Il semblerait même que Fage ait violenté son ancien employeur.Wallace ne lui en tient pas rigueur ; en effet, il est à la recherche deprofils pervers car il postule l’existence d’un nouvel humanisme, ne mettantpas de côté les gens ouvertement anormaux, lesquels s’avèrent plus facilementgérables que ceux refoulant leurs pulsions. On ne sait pas précisément si Fageobtient le poste – il y a une scène où Fage annonce à sa femme qu’il a décrochéun emploi, mais il est possible qu’elle appartienne au passé – ; néanmoins,on sait qu’il fait partie des deux candidats restants à la fin de la séried’entretiens. La pièce se clôt sur une discussion entre Wallace et Louise, laquellevient voir le chasseur de têtes spontanément – pour l’inciter à embaucher sonmari peut-on supposer. À cette occasion Wallace loue les qualités de Fage.

 

À cette trame s’additionnent plusieurs épisodesdont il est difficile de démêler la chronologie :

 

– D’un côté, Vinaver déploie la relationentre Fage et Louise. Celle-ci, pleine de sollicitude, aide beaucoup son mari. Lespectateur assiste dans ce cadre à la préparation à l’entretien d’embauche avecWallace, mais aussi à tout le processus qui a suivi la perte du précédentposte : découragement, ennui, occupations futiles (Fage s’adonne à descollections), difficultés financières, recherche d’emploi dans des coupures dejournaux, multiples candidatures, problèmes de courrier, entretiens laborieux,propositions décevantes, etc. Louise, face à ces difficultés, reste d’unoptimisme indéfectible, elle essaie systématiquement de dédramatiser lasituation. Fage, frustré, n’est pas toujours reconnaissant – à un moment, ilhurle sur son épouse qui vient pourtant de lui offrir un cadeau d’anniversaire,et précisément pour cette raison.

 

– D’autre part, Vinaver relate larelation entre Nathalie et Fage. Bien sûr, la relation Fage-Nathalie-Louise esttriangulaire, mais il semble que Nathalie et Louise aient des difficultés àcommuniquer entre elles et de fait, toutes les tensions convergent vers Fage.Nathalie est beaucoup moins facile à vivre que Louise. Cette lycéenne quiparaît surdouée ne cesse de se moquer des insuffisances de ses professeurs, et sielle entretient avec son père une relation privilégiée (tous deux partagentrégulièrement leur goût pour les sports d’hiver), elle se montre souventcapricieuse, très impatiente face à la pauvreté nouvelle de ses parents. Sesopinions tranchées la poussent également à l’indocilité : alors que sonpère professe l’apolitisme, elle s’avère très engagée dans une lutte anticapitaliste.Mais Fage et Louise peinent surtout à accepter que Nathalie ait décidé deporter l’enfant de Mulawa, un jeune homme noir, silencieux, qui prépare unethèse sur les blagues, qu’elle a rencontré par hasard dans une librairie. Fageemmène même Nathalie à Londres pour la faire avorter mais elle finit par luifaire abandonner l’idée. À la fin de la pièce, une réconciliation se faitpeut-être jour, dans la mesure où les parents paraissent accepter de faire laconnaissance de Mulawa.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >