La perle

par

Juana, l’agent moralisateur

Juanaest plus pondérée que son mari Kino. En effet, elle espère également que sonenfant aura une vie meilleure que la sienne, mais elle n’en demeure pas moinsréaliste et raisonnable, comme elle le révèle au lecteur par ses pensées :« Il n’est pas bon de désirer tropviolemment quelque chose ». La sagesse de Juana repose aussi sur descroyances religieuses, sa foi en un déterminisme divin : « Il faut vouloir juste assez et ilfaut être réservé en face de Dieu ou des dieux. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Juana, l’agent moralisateur >