Le Chevalier au Bouclier vert

par

Résumé

En ce début du XIIe siècle, Louis VI le Gros règne sur la France. Le jeune Thibaut de Sauvigny, fils de bonne mais petite noblesse, est un écuyer qui ne rêve que de chevauchées et de batailles dans l’esprit de la sainte chevalerie. Un jour, alors qu’il parcourt la campagne, un appel au secours interrompt sa promenade : qui pousse ces cris déchirants ? Un jeune paysan, Barnabé, le renseigne : une jeune fille vient d’être enlevée par deux brigands. Thibaut n’hésite pas : il court sus aux bandits et délivre la jeune fille, qui n’est autre qu’Éléonore, fille du comte de Blois. Elle récompense Barnabé – qui n’a pourtant pas fait grand-chose – en lui offrant une bague d’émeraude ; quant à Thibaut, il refuse toute récompense. L’amour vient de s’emparer de ce jeune cœur.

Thibaut est écuyer du seigneur de Montcornet, dont son père est vassal. L’acte de bravoure par lequel il vient de s’illustrer lui permet d’être adoubé chevalier, ce qui ne plaît guère à Foulque de Montcornet, le fils du comte : ce triste personnage entend épouser Éléonore et il ne lui sied guère de voir apparaître le rival qu’est Thibaut. Aussi, alors que débute le tournoi qui accompagne la cérémonie d’adoubement, il affirme que la bague d’émeraude donnée par Éléonore a été volée par Barnabé, et il en profite pour accuser Thibaut de lâcheté. En outre, Foulque apprend à Thibaut que dans quelque jours, son père, le comte de Montcornet, se retirera dans un monastère, lui-même devenant sire de Montcornet. Thibaut devra donc lui rendre hommage. Cette odieuse perspective pousse ce dernier à quitter le château ; il devient un chevalier errant, mettant sa lance et son épée au seul service de la justice de Dieu. Un chevalier a besoin d’un écuyer : c’est Barnabé qui remplira cet office.

Les deux jeunes hommes avancent dans la campagne quand leur route croise bientôt celle de brigands qui les détroussent et blessent gravement Thibaut. Hadelize la sorcière, une vieille femme habitant une cabane, soigne le blessé et récompense sa vertu en lui donnant une pierre magique qui peut guérir toute les blessures.

À Juvignole, près de Blois, se tient un tournoi, où Foulque de Montcornet défie tous les chevaliers de la contrée. Belle occasion pour Thibaut de briller devant sa dame. Malheureusement, cette dernière a une sœur, Rosamonde, qui, dès qu’elle pose le regard sur Thibaut, conçoit un amour brûlant pour le jeune homme. Elle consacrera toutes ses forces à conquérir le jeune chevalier, quitte à y perdre son âme. Quant à Thibaut, il s’apprête à affronter Foulque en champ clos, pour l’amour d’Éléonore. Le combat est âpre et doit être arrêté avant que les combattants ne s’entretuent. Ayant vaincu plusieurs autres adversaires, Thibaut quitte le tournoi muni d’un large butin, accompagné de Barnabé et d’un ménestrel qu’on surnomme Torticolis car sa tête est toujours penchée vers son épaule.

Thibaut est maintenant l’homme lige du comte de Blois et attaché à sa cour. Quant à Éléonore, elle brûle d’amour pour ce chevalier au bouclier vert. Raoul, le frère de la jeune fille et futur comte de Blois, porte Thibaut en haute estime. Hélas, Foulque de Montcornet, vexé de ne pas avoir obtenu la main d’Éléonore, porte la guerre sur les terres de Blois : il faut se battre. La bataille fait rage entre les deux armées et le vieux comte de Blois y laisse la vie. Raoul, devenu comte, signe sagement la paix. Malheureusement, la perfide Rosamonde préférerait voir son autre frère, le faible Gascelin, porter le titre comtal : elle saurait le manipuler et gouvernerait à sa place. C’est pourquoi elle pousse Gascelin à assassiner son frère aîné, puis elle vole la pierre magique, cadeau d’Hadelize, et la pose sur le front de sa sœur. Cette dernière devient affreusement malade, aussi, Thibaut l’enlève sur son cheval, toujours suivi de Barnabé et de Torticolis, afin de retrouver Hadelize. Après un chemin semé d’embûches, ils rejoignent la sorcière qui soigne le mal de la jeune fille. Fou de joie, Thibaut chante son bonheur à tue-tête. Malheureusement, Gascelin et Rosamonde se sont lancés à la recherche de leur sœur et les chants joyeux de Thibaut font repérer la petite troupe. Éléonore est capturée alors qu’elle est endormie, emmenée au château de Blois et jetée dans un cachot.

Au réveil, Thibaut est désemparé. C’est alors qu’il croise le chemin d’un étudiant nommé Eustache qui affirme avoir vu Éléonore emmenée vers Chartres. Sans plus réfléchir, Thibaut y entraîne ses compagnons. Quant à Éléonore, elle croupit dans sa geôle, attendant d’être mariée de force à Foulque de Montcornet. Heureusement, sa suivante, Finette, parvient à la faire s’évader en empruntant le conduit des eaux sales du château. Déguisées en nonnes, les voilà parties sur la route quand elles croisent un groupe de lépreux, pauvres malades bannis de la société et pleins d’amertume. Ceux-ci vont leur faire un mauvais sort quand surgit maître Guillaume, riche marchand accompagné d’une escorte armée qui prend les jeunes filles sous sa protection. Heureuse coïncidence, il leur offre de les accompagner à Chartres. C’est là que se trouvent maintenant Thibaut et ses trois compères. Entre travaux volontaires sur le chantier de la cathédrale et discussions sur la dialectique, domaine où Eustache excelle, ils ne savent pas qu’Éléonore est vraiment arrivée dans la ville. De son côté, Gascelin doit affronter le courroux de Foulque, qui n’a toujours pas pu épouser Éléonore, et le mépris de Rosamonde. Alors que cette dernière chevauche dans la campagne, elle croise les lépreux qui lui apprennent que sa sœur est réfugiée à Chartres. Foulques décide d’aller assiéger la ville, et entraîne Gascelin dans cette hasardeuse aventure. Ce qu’ils ignorent, c’est que maître Guillaume et ses deux protégées ont quitté Chartres et pris la route de Paris.

Mais Eustache, lui, le sait : il a vu le trio quitter la ville. Quand Thibaut l’apprend, il décide de se rendre dans la capitale du royaume, afin d’y retrouver sa belle et d’y quérir l’aide de Louis le Gros, roi de France, afin qu’il délivre Chartres du siège qu’elle subit. Arrivé à Paris, Thibaut se rend devant le roi qui le prend en amitié et décide de lever l’ost – l’armée royale – pour délivrer Chartres. Pour sa part, Barnabé, ébloui, découvre les marchés de Paris. Il croise la route de maître Guillaume, et se découvre un grand talent de marchand. Hélas, Rosamonde aussi est dans les murs de Paris, et elle ourdit un nouveau complot : elle fait accuser Thibaut de vouloir vendre des épées franques – les meilleures du monde – à un infidèle mahométan. Thibaut est donc chassé de la cour et n’est pas autorisé à accompagner le roi en campagne. Il doit se résoudre à suivre l’ost sans y être admis. Cependant, une grande consolation lui est accordée : il retrouve Éléonore, réfugiée dans un monastère. C’est donc accompagné de ses fidèles compagnons, de sa belle et de la suivante de celle-ci qu’il chevauche vers Chartres. En route, le sort lui est favorable puisqu’il sauve Louis le Gros d’une embuscade. Le roi reconnaissant pardonne au jeune chevalier et les remparts de Chartres sont bientôt en vue. L’armée des assiégeants doit fuir et se réfugier dans le château de Blois, bientôt cerné par l’armée du roi. Foulque et Rosamonde décident de tout, au grand dam du faible Gascelin, pourtant comte en titre. Quand l’ost donne l’assaut, le combat est terrible. Thibaut et Foulque se retrouvent face à face, leur lutte est sans quartier. Ils font preuve de vaillance, jusqu’à ce que Thibaut blesse mortellement le comte de Montcornet.

Rosamonde n’en a pas fini avec ses fourberies, et tente maintenant d’ensorceler sa sœur avec l’aide de Ruffin le sorcier : il piquera une poupée ensorcelée au cœur, et Éléonore mourra. Il est surpris par Torticolis alors qu’il accomplit son forfait, et le ménestrel se met à pousser un chant qui loue la gloire de Dieu, contrecarrant ainsi les noirs desseins du serviteur du démon. Devenue à moitié folle, Rosamonde se dénonce comme sorcière à Gascelin, qui la fait aussitôt arrêter : elle sera condamnée et brûlée. Enfin délivré de ses mauvais conseillers, Gascelin offre sa soumission au roi. Ce dernier récompense les service de Thibaut en le faisant comte de Montcornet. Le jeune homme épouse sa belle Éléonore, tandis que Barnabé va suivre maître Guillaume qui l’initiera au commerce. Eustache lui approfondira sa connaissance de la dialectique. Quant à Torticolis, il continuera de chanter la gloire de Thibaut, le chevalier au bouclier vert.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >