Le désert de l'amour

par

Maria Cross

Maria Cross est le personnage central du roman puisque toute l’histoire tourne autour de cette jeune femme. Celle-ci est une petite bourgeoise qui, par paresse et goût du luxe, est devenue une femme entretenue. Le jeu de la séduction est son point fort puisqu’elle réussit, peut-être de manière involontaire, à attirer deux hommes dans ses filets. On parle d'elle avec mépris et comme d'un monstre de science et de perversité. « La bouche un peu forte … fixait toute la sensualité de son corps ». Quand Raymond Courrèges la rencontre, au sortir de l'adolescence, il trouve avec stupeur un petit être quelconque et sentimental, avide d'égard qu'on n'a pas l'habitude de lui accorder. Raymond se montre maladroit la nuit où il décide de la posséder et se fait mettre à la porte, malgré le goût très vif qu'a Maria de sa jeunesse et de sa fraîcheur.

Pendant ce temps, elle est elle-même aimée par le docteur Courrèges, qui est son médecin. Mais elle a pour lui ces sentiments de déférence et de respect qui sont bien loin de l'amour, et lui-même, malgré la torture qu'il éprouve, ne peut passer de cet état de conseiller grave et paternel à celui d'amoureux passionné ou transi. Maria Cross le fait souffrir en silence et nous connaissons peu de peintures plus émouvantes de l'amour que celle de cet homme mûr, grave, réfléchi, que l'angoisse torture et qui est obligé de vivre au milieu des siens, dans l'atmosphère empesée d'une famille de province, où chacun s'observe, se surveille, se taquine et ne se dit jamais la vérité. Ceci montre au lecteur à quel point un homme d’un certain âge peut être affecté et troublé par la beauté d’une femme.

« C'est la grand misère des femmes que rien ne les détourne de l'obscur ennemi qui les ronge »

La fin de l’histoire nous montre une femme mariée à Victor Larousselle et elle est devenue une bourgeoise définitivement inaccessible qui n’est plus amoureuse de Raymond : « Elle sourait dans le vague, indifférente à la présence de Raymond, toute occupée d’il ne savait quelle passion ».

Dans « Le désert de l’amour », comme dans la plupart des romans de Mauriac, le personnage principal est une femme, Maria Cross. On a dit qu’elle illustre le mythe de Phèdre, fréquemment répandu dans l’œuvre romanesque de Mauriac car elle se montre comme une femme plutôt âgée, amoureuse du jeune Raymond qui pourrait passer pour son fils. Dans ce roman, la rivalité dont Maria Cross est l’objet se joue entre un père et son fils. Le ménage à trois du mythe « Hippolyte – Phèdre – Thésée » est repris par « Raymond – Maria Cross – docteur Courrèges ».

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Maria Cross >