Le moine

par

Ambrosio

Ambrosio : C’est un moine appartenant à l’ordre des Capucins établit à Madrid. C’est le moine le plus en vue de Madrid car tout le monde le réclame pour une raison ou une autre. Il est aimé de tous : « Vous le trouverez ici dans toutes les bouches. Ce moine semble avoir fasciné tous les habitants; et n’ayant point même assisté à ses sermons, je suis étonné de l’enthousiasme qu’il excite. Jeune et vieux, homme et femme, c’est une adoration générale et sans exemple. Nos grands l’accablent de présents; leurs femmes refusent tout autre confesseur, et il est connu par toute la ville sous le nom de l’homme de Dieu. » (p.18-19). C’est un homme qui jouit de la confiance et du respect de la Cour d’Espagne. Après la mort de ses parents, il est confié au prieur des Capucins qui le prend sous son aile dans le monastère et l’élève dans le strict respect des lois religieuses et finit par l’ordonner moine de l’ordre de Saint-François.

C’est un moine entreprenant, ferme et hardi, il a un cœur de chevalier et est vaillant. La religion a tempéré ses ardeurs. Il a développé de la compassion pour les autres. Les moines se sont exercés à façonner sa personnalité. Il est fier, trop, hautain et parfois narcissique. En fait, c’est un homme qui a une double personnalité. Il est moine, homme de Dieu et donc supposé éprouver de la pitié. Mais, il est aussi un être humain : « la lutte entre son caractère réel et son caractère acquis était frappante et incompréhensible pour ceux qui ne connaissaient pas ses dispositions originelles : il prononçait contre les coupables les plus sévères sentences, que l’instant d’après la compassion l’engageait à mitiger » (p.199). Il y...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Ambrosio >

Dissertation à propos de Le moine