Le Mystère de Marie Roget

par

Une histoire réelle

Le Mystère de Marie Roget d’Edgar Allan Poe s’inspire de la véritable histoire de la disparition et de la mort de Mary Cecilia Rogers, la jeune femme qui devint au XIXème siècle un véritable phénomène national par sa vie et encore plus par sa mort.

Edgar Allan Poe emprunte à cette affaire pour construire Le Mystère de Marie Roget, Mais dans son adaptation littéraire des événements et pour avoir toute la liberté de présenter ses propres conclusions, l’auteur prend soin de séparer son œuvre de la réalité. Ainsi, la nouvelle est à mi-chemin entre la fiction et le compte-rendu historique.

La séparation entre fiction et réalité s’opère entre autres par le changement de lieu. Ce n’est plus le cadavre de Mary Rogers qu’on retrouve dans le fleuve Hudson mais celui de Marie Roget qu’on retrouve dans la Seine. Tous les éléments d’importance rapportés dans le récit sont modifiés. Les noms de journaux et de personnes sont occultés, de même que les professions des personnes concernées par l’affaire. On peut comprendre aisément le besoin de préserver la réputation des individus que Poe met en cause dans son récit et la réputation des journaux dont il détruit successivement les conclusions. Les seuls éléments qui restent inchangés sont les circonstances relatives à l’énigme en elle-même, de sorte que résoudre l’affaire dans la fiction revient à résoudre le mystère dans la réalité.

« Les détails extraordinaires que je suis invité à publier forment, comme on le verra, quant à la succession des époques, la première branche d’une série de coïncidences à peine imaginables, dont tous les lecteurs retrouveront la branche secondaire ou finale dans l’assassinat récent de Mary Cecilia Rogers, à New York. »

Le choix de Poe de rester aussi près que possible de la réalité de l’enquête apporte un élément d’authenticité à l’œuvre, mais contribue également à limiter la marge de manœuvre de l’auteur. Edgar Allan Poe fait évoluer ses œuvres dans le contexte culturel de l’époque. Ses écrits profitent des évolutions de la science et empruntent à la philosophie de l’époque. C’est un aspect qu’on retrouve encore dans Le Mystère de Marie Roget. Pour Poe, la science et la littérature n’évoluent pas dans des domaines entièrement indépendants ; ils peuvent être conciliés de façon à donner naissance à une littérature qui repose sur les principes de la science. C’est cette théorie qui fait que Poe est considéré comme le fondateur du roman policier moderne. Dans cette nouvelle en particulier, c’est la science logique qui est mise en avant. Ainsi, le compte-rendu de Poe devient un outil dont il se sert pour présenter la méthode scientifique de raisonnement qu’il pense être la plus apte à résoudre cette énigme, et toute autre énigme en général.

Même s’il n’était visiblement pas dans l’intention de l’auteur de s’éloigner plus que nécessaire de l’évolution réelle de l’affaire, l’inspiration authentique de l’œuvre donne naissance à la méthode d’enquête particulière de Dupin et prive le livre d’une conclusion satisfaisante. Dupin ne peut pas se rendre sur le terrain, parce que tous les éléments qu’il pourrait glaner ne seraient que des fruits de l’imaginaire de l’auteur et donc, contraires à la mission de la nouvelle. De plus, Poe ne peut décrire la fin de l’enquête et l’inculpation du coupable, parce que ladite inculpation n’a pas eu lieu dans la réalité. Mais on retrouve encore la prudence de Poe qui s’emploie à s’écarter du réel dans la note finale qu’il adjoint à sa nouvelle :

« Je répète donc que je parle de ces choses simplement comme de coïncidences. Quelques mots encore. On trouvera dans ma narration de quoi établir un parallèle entre la destinée de la malheureuse Mary Cecilia Rogers […] et la destinée d’une nommée Marie Roget […] Oui, on sera frappé de tout cela. Mais qu’on ne suppose pas un seul instant que, en continuant la triste histoire de Marie depuis le point en question et en poursuivant jusqu’à son dénouement le mystère qui l’enveloppait, j’aie eu le dessein secret de suggérer une extension du parallèle, ou même d’insinuer que les mesures adoptées à Paris pour découvrir l’assassin d’une grisette, ou des mesures fondées sur une méthode de raisonnement analogue, produiraient un résultat analogue. »

Le Mystère de Marie Roget devient donc un livre qui s’inspire du réel, qui tente d’en rester le plus proche possible, tout en s’en écartant juste assez. Malgré les diverses théories qui s’essayèrent à la résolution de cette histoire, dans la vie réelle comme dans l’écrit de Poe, la mort de Mary Rogers demeure un mystère, tant pour la police que pour le public.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une histoire réelle >