Le Pays où l'on n'arrive jamais

par

Résumé

André Dhôtel, écrivain et scénariste, est notamment connu du grand public pour son livre Le Pays où l’on n’arrive jamais, publié en 1955, grâce auquel il a remporté le prix Femina. Son œuvre est très proche du quotidien et de la nature. Cet écrivain était aussi un conteur et un poète ; de nos jours, ses textes sont toujours étudiés dans les écoles.

 

L’histoire se déroule à Lominval dans les Ardennes. Un petit garçon prénommé Gaspard y grandit avec sa tante à qui ses parents forains l’ont confié. Cette tante tient un hôtel où le jeune garçon travaille à son service. Gaspard ne cesse de provoquer des catastrophes, et il se construit tout doucement un petit univers bien à lui dans lequel il s’enclôt.

Un jour il fait la rencontre d’un garçon ayant fugué, qui s’avèrera plus tard être en réalité une fille, Hélène. Elle est très mince, son corps est blessé par les ronces, ses cheveux sont poussiéreux, en désordre, mais son regard est magnifique. Elle est du même âge que Gaspard et tente de se cacher de lui lorsqu’il la découvre. Puis ils se rapprochent et la jeune fille lui confie être à la recherche de sa mère naturelle, Jenny, mais aussi de son pays d’origine, dit le Grand Pays. Elle ne connaît pas sa ville de naissance et son père est d’après elle décédé pendant la guerre. C’est un bourgeois, monsieur Drapeur, qui l’a adoptée car sa mère était malade. Ce dernier lui a caché la vérité pendant de longues années, jusqu’à ce qu’elle découvre qu’il n’était pas son père biologique. C’est d’ailleurs pour cette raison que la jeune fille a fugué. Gaspard décide de l’aider à se cacher mais malheureusement, son père ne tarde pas à la retrouver et la prive de sortie.

Par la suite, monsieur Drapeur décide de quitter Lominval. Suite à ce départ précipité, Gaspard reprend son activité à l’hôtel. Le temps passe et, se promenant dans la forêt, il rencontre un cheval pie auquel il fait confiance pour le guider ; ils aboutissent alors dans la ville où Hélène et son père ont déménagé, à Fumay ; Gaspard en est tout surpris. Là, il rencontre une famille de musiciens, Niklaas et ses deux enfants, qui l’hébergent quelques jours.

Après quelques péripéties, désormais à Anvers, Gaspard découvre Hélène à bord d’un yacht amarré sur l’Escaut. À la nuit tombée, il se glisse à bord et se cache, mais il finit par s’endormir et ne se rend pas compte que le bateau prend le large à destination des Bermudes. Le père adoptif d’Hélène l’emmène là-bas pour qu’elle y suive des études musicales ; il l’installe à cette fin en pension dans une famille. Le jeune garçon aidera Hélène à s’échapper pour qu’elle puisse retrouver le pays de sa maman Jenny mais au cours de leur fuite, elle tombe et perd connaissance.

Ils rentrent donc à Anvers ; puis Hélène retourne dans sa famille et Gaspard va retrouver Niklaas et ses deux fils. Ensemble, ils organisent un voyage pour aider la jeune fille dans ses recherches et ils font la découverte d’un château mystérieux au milieu d’un paysage ressemblant étrangement au fameux Grand Pays dont Hélène est en quête.

Le garçon prévient Hélène de ce qu’il a découvert avec ses amis et elle les rejoint aussitôt. L’homme à qui appartient le château est un producteur de films. Il raconte avoir connu la maman de Jenny et affirme même qu’elle aurait été une actrice célèbre. Il propose à Hélène de faire carrière dans le cinéma pour qu’elle retrouve plus facilement sa mère, mais Gaspard découvre que tout ceci est une manigance de monsieur Drapeur dans le but d’éloigner Hélène de ses recherches et de lui faire entreprendre une carrière artistique. Gaspard prévient Hélène : sa mère n’a jamais été actrice.

Les deux jeunes gens partent alors dans les bois et font la rencontre des amis que Gaspard a rencontrés à Anvers. Il les invite à monter dans une voiture attelée au cheval pie, et ils partent ensemble dans une course folle qui cette fois les mène à Rocroi. C’est dans cette ville qu’Hélène fait enfin la connaissance de sa mère qu’elle a tant recherchée et que Gaspard rencontre lui aussi ses parents. Tous deux vont rester auprès de leurs familles en continuant leur parcours un peu mouvementé de marchands ambulants à travers le Grand Pays.

 

Ce roman poétique est un clin d’œil aux paysages de l’Est de la France et à ses forêts. Il fait la part belle au voyage et au thème de l’errance, ainsi qu’à la recherche de ses origines, de ses sources. C’est à la fois une histoire d’amitié et une fable illustrant le bien-fondé de l’obstination dans la recherche de la vérité. Ce livre est structuré de telle manière qu’il ne perd pas les jeunes lecteurs dans les méandres de l’histoire. Il peut être aussi lu par des adultes peuvent retrouver l’état d’esprit de leur enfance et leurs rêves d’adolescents.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >