Le siècle de Louis XIV

par

L'importance de la figure de Louis XIV pour Voltaire

Bien que Voltaire n’ait pas écritson œuvre pendant le règne de Louis XIV, qui s’achève en 1715, le penseur esttout de même né durant la période de sa suprématie. Ainsi, le philosophedemeure imprégné de l’influence de son éducation dans un milieu aisé, àl’époque du Roi-Soleil. Le monde de la cour et de la monarchie absolue ne luiest donc pas étranger. Et ce, même s’il s’intéresse davantage à la pratique desarts, de la poésie, de l’évolution de la langue française alors en constanteagitation.

Voltaire est donc passionné parl’influence exercée par le monarque sur le monde des arts, de la poésie et dulangage. Il considère le roi comme un modèle en matière de raffinement etd’élévation de la pensée, dans une sphère peut-être éloignée de celle de laphilosophie des penseurs des Lumières mais toutefois regorgeant de subtilité,d’élégance et de finesse d’esprit. Ainsi, il espère, à travers son œuvre,retracer la vie de ce monarque à la fois rompu à l’art militaire et politique,mais également grand manipulateur des mots et de l’esprit.

« Aucunde ceux qui ont trop censuré Louis XIV ne peut disconvenir qu’il ne fût,jusqu’à la journée d’Hochstedt, le seul puissant, le seul magnifique, le seulgrand, presque en tout genre. Car quoiqu’il y eût des héros, comme JeanSobieski et des rois de Suède, qui effaçassent en lui le guerrier, personnen’effaça le monarque. Il faut avouer encore qu’il soutint ses malheurs, etqu’il les répara. Il a eu des défauts, il a fait de grandes fautes ; mais ceuxqui le condamnent l’auraient-ils égalé s’ils avaient été à saplace ? »

Si Louis XIV tient en très hauteestime les écrivains et les poètes, le peuple, cependant, déteste son monarquelorsque celui-ci passe de vie à trépas en 1715. Considéré comme le roi desinégalités, ayant beaucoup d’or et s’entourant d’une cour majestueuse tandisque la misère grandit hors de Versailles, les classes populaires sont loin depleurer ce Roi-Soleil. Ainsi, Voltaire, âgé de vingt-et-un ans lors de la mortdu roi et témoin des actions malveillantes perpétrées à l’égard du cortègefunèbre par le peuple, se met en tâche en 1734 de reconstruire par écrit la viedu défenseur des poètes et des arts. Il a le désir de redorer l’image dumonarque en expliquant son histoire et ses actions, mais en mettant égalementen avant la passion pour l’art et le bel esprit qui le caractérisait. L’auteurdésire alors montrer que cette époque n’a pas été une époque de perdition etd’accroissement des inégalités, telle que l’a ressentie le peuple, mais une périoded’épanouissement de la pensée et du rapport à l’art, au sein du tumulte desaffaires politiques et militaires, avec Louis XIV à la barre du navire.

« Cependanten France, et sous ses yeux, des édifices immenses occupaient des milliersd’hommes, avec tous les arts que l’architecture entraîne après elle ; et dansl’intérieur de sa cour et de sa capitale, des arts plus nobles et plusingénieux donnaient à la France des plaisirs et une gloire dont les sièclesprécédents n’avaient pas eu même l’idée. Les lettres florissaient ; le bongoût et la raison pénétraient dans les écoles de la barbarie. Tous ces détailsde la gloire et de la félicité de la nation trouveront leur véritable placedans cette histoire ; il ne s’agit ici que des affaires générales et militaires. »

De plus, Voltaire ne se contentepas de dresser un élogieux portrait du siècle de Louis XIV. Il inventeégalement une nouvelle conception du récit historique, qui se contentaithabituellement d’accumuler les faits d’armes et les événements historiques lesuns après les autres. Voltaire décide d’y inclure bon nombre d’élémentsartistiques, de mettre en avant la culture et les œuvres françaises généréespar l’époque. Cette nouvelle manière permet d’appréhender la pensée d’uneépoque à travers le travail des artistes, et non de se cantonner à expliciterdes faits militaires et politiques. Ce procédé sera repris par la suite par denombreux historiens.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L'importance de la figure de Louis XIV pour Voltaire >