Le zéro et l’infini

par

La réflexion, une alternative à la solitude et l’inaction

Suite à son incarcération, Roubachov de la position du futur condamné, a su apprécier ce par quoi avaient du passer les personnes précédemment condamnées. En effet, le changement de statut permet de mieux appréhender les choses. La solitude et l’inaction inhérentes à l’emprisonnement n’offraient qu’une alternative, celle de la réflexion. Une forme d’examen de conscience pendant laquelle Roubachov a pu s’apercevoir de l’injustice des actes qu’il avait pu poser jadis. Car tout à sa passion pour le parti, il n’avait jamais émis le moindre bémol aux décisions qui étaient prises. Et peu importait qu’elles soient fatales à ses camarades et amis qui selon sa conception de l’époque étaient dans le tort du fait de leur indiscipline. Mais à présent il comprenait mieux et prenait conscience des erreurs monumentales qu’il avait eues à commettre par le passé, lui qui se chargeait même de l’exécution. Il se rendait compte que les personnes précédemment accusées n’avaient pas forcément tort. Elles n’avaient servi que de boucs émissaires « Selon ce que je connais de l'histoire, je vois que l'humanité ne saurait se passer de boucs émissaires. Je crois qu'ils ont été de tout temps une institution indispensable ». On ne peut donc s’empêcher de ressentir une espèce de sentiment d’injustice face à de telles choses qui de toute évidence, dénotaient d’une véritable absence d’éthique et de sentiments.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La réflexion, une alternative à la solitude et l’inaction >