Le zéro et l’infini

par

Une incarcération au parfum d’injustice

« Le zéro et l’infini » est un roman à travers lequel Arthur Koestler nous fait effectuer un bond dans le passé pour nous emmener de plein pied dans la Russie révolutionnaire. Dans l’imaginaire de tous, cette période se rapporte à des faits absolument tristes sans que l’on en connaisse forcément tous les fondements. Avons-nous raison de penser de la sorte ? Peut-être que oui, peut-être que non. Quoiqu’il en soit, il n’y a pas de fumée sans feu, et si cette présomption de négativité est si grande, c’est certainement parce-que des choses pas forcément claires ont dû se produire durant cette période. Et c’est apparemment sur certaines de ces dernières que porte ce roman. Car l’on y découvre non sans une certaine horreur, qu’un homme ayant servi son pays avec loyauté pendant de longues années peut se retrouver incarcéré sans aucune raison valable comme ce fut le cas pour Roubachov, le personnage central de l’œuvre « La porte de la cellule claqua en se refermant sur Roubachov ». Voilà donc un ex héros qui se mue en zéro face à la réalité de l’infini que constitue le parti, voilà qu’à la gloire et aux honneurs passés, se substituent la geôle et la solitude. Une situation qui le conduira à réfléchir par rapport à certaines choses.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une incarcération au parfum d’injustice >