Les Chimères

par

Présentation

La poésie de Gérard de Nerval, auteur français du XIXe siècle, est difficile à saisir, et ce dans tous les sens du terme. D’une part, toutes les tentatives d’explication de texte semblent vouées à l’échec : Nerval écrira lui-même, dans une dédicace à Alexandre Dumas présente dans Les Filles du feu que, ses pièces poétiques « perdraient de leur charme à être expliquées, si la chose était possible ». Autrement dit, Nerval ne compose pas pour être compris, mais pour être ressenti. Il est impossible de comprendre où il voulait en venir précisément au moment de l’écriture, puisque lui-même ne le savait probablement pas. D’autre part – et ce second point est une conséquence du premier – il est très difficile de parler de ses poèmes, de s’emparer de leur substance par le verbe, et d’autant plus que leur matériau est plus que tout composite et érudit.

Les Chimères, recueil tardif que la critique a mis du temps à reconnaître comme autre chose qu’une « œuvrette » visant à faire imprimer et vendre quelques pages de plus, contient douze sonnets

Inscrivez-vous pour continuer à lire Présentation >

Dissertation à propos de Les Chimères