Les Chimères

par

La puissance de l’imaginaire : entre fantasme et mythologie

Il est nécessaire – pour tenter d’éclaircir son mystère – de définir tout d’abord les différents sens selon lesquels nous pouvons comprendre le titre du recueil. Nous verrons ainsi que les définitions apportées donneront chacune des informations sur le contenu des sonnets mais aussi sur les dimensions diverses que revêt le recueil.

Une chimère peut être assimilée à une sorte de rêve éveillé, une lubie que l’on tente de réaliser par tous les moyens possibles, sans se rendre compte de son caractère impossible à concrétiser. La chimère est une idée qui hante, que l’on poursuit inlassablement, qui maintient à la fois en alerte et dans un état constant de dépendance quasi totale envers celle-ci. En effet, celui qui est possédé par une chimère vit dans un climat de folie douce qui déteint sur sa psychologie ; il bascule dans un environnement instable dans lequel il cherche par tous les moyens à justifier son obsession. Cette chimère tient son caractère inaccessible du fait qu’elle n’est qu’un simple produit de l’imaginaire de celui qui en est l’objet et seulement de lui. Elle n’est présente qu’en lui et c'est lui qui crée son propre malheur. Son obsession est de la chercher désespérément hors de sa tête alors que c’est elle qui lui a donné naissance. Ainsi appliquée au recueil, cette définition renvoie sans doute à l’état de folie dans lequel Nerval s’enfonçait de plus en plus, cette quête irraisonnée, irrationnelle qu’il poursuit tout au long de l’œuvre à travers des...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La puissance de l’imaginaire : entre fantasme et mythologie >

Dissertation à propos de Les Chimères