Les Indes noires

par

Des surprises, des embûches et des révélations

Cependant, les cinq personnages qui descendent, pleins d’espoirs, vont vite découvrir des nombreuses surprises et des embûches. En effet, alors qu’ils viennent de pénétrer dans la fosse, l’entrée s’écroule alors que cela semblait improbable, et imprévisible au moment de leur arrivée. Ils comprennent que quelqu’un cherche à les y enfermer, que ce n’est pas un accident. D'ailleurs, cela se vérifie rapidement, chaque jour, quelqu’un de l’extérieur les nourrit, en plaçant près d’une petite ouverture du pain et de l’eau pour que tous survivent, mais sans essayer de les sortir de ce piège.

Cela va forcément les faire réfléchir, et ils vont se demander qui peut bien tirer profit de leur enfermement dans cette fosse, sans les informer de quoi que ce soit, voire se demander si les légendes autour de certaines fosses sont finalement vraies.

Suite à d’autres éboulements, et à la disparition progressive et surprenante du lac souterrain, les personnages cherchent d’autres moyens de sortir, et aux abords d’un puits Harry et Jack, en se penchant vont faire une découverte étonnante : une jeune fille d’environ quinze ans qui s’appelle Nell, qui n’a visiblement jamais vu la lumière du jour de sa vie s'y trouve. Elle a l'air terrifiée par ces cinq personnages. Ce personnage de Nell représente la partie fantastique du roman, qui sans être lié à une légende reprend l'idée d'êtres humains souterrains vivant sans lumière, sans notion de langage ou même du temps : « La langue dont elle se servait était ce vieux gaélique, dont Simon Ford et les siens faisaient souvent usage. », ce qui renforce le côté passé du voyage dans la fosse, cette descente dans la mine représente un retour en arrière pour ce qui est de l’activité, mais aussi ici d’un point de vue culturel.

Nelle est donc une « enfant[e] des abîmes » et peine à leur expliquer sa vie, ce qu’elle fait ici, depuis quand, et comment. Cela n’empêche pas une autre surprise : Harry et elle tombent amoureux l’un de l’autre. L’habitude qu’elle a eue de vivre dans le noir est exprimée lors d’une conversation avec Harry : « Non, Harry, répondit Nell. Je pensais seulement que les ténèbres sont belles aussi. Si tu savais tout ce qu’y voient des yeux habitués à leur profondeur ! Il y a des ombres qui passent et qu’on aimerait à suivre dans leur vol ! Parfois ce sont des cercles qui s’entrecroisent devant le regard et dont on ne voudrait plus sortir ! Il existe, au fond de la houillère, des trous noirs, pleins de vagues lumières. Et puis, on entend des bruits qui vous parlent ! Vois-tu, Harry, il faut avoir vécu là pour comprendre ce que je ressens, ce que je ne puis t’exprimer ! » . Harry devra même lui décrire la Lune, qu’elle n’a jamais vue de sa vie : « Oui, la lune ! s’écria Jack Ryan, un superbe plateau d’argent que les génies célestes font circuler dans le firmament, et qui recueille toute une monnaie d’étoiles ! ».

La fin révèle le secret et les solutions des questions que le lecteur et les personnages pouvaient se poser quand à certains points étranges du roman : alors que les Ford tentent de sortir et d’adopter Nell pour sortir avec eux, ils apprennent que Silfax, un ex pénitent ( Homme chargé de provoquer les explosions partielles de grisou avant le passage des mineurs. ), qui a fait s’écrouler l’entrée pour piéger les « visiteurs » et qui avait par un courrier déconseillé à Starr de se rendre à cette mine est à l’origine de tout cela. C’est lui-même qui les nourrissait et il leur raconte que Nell est sa petite fille, qu’ils vivaient dans cette fosse ensemble et qu’il ne voulait pas que quiconque ne prenne possession des lieux en exploitant un nouveau filon. Son passé pénitent l’a rendu fou et il ne voulait pas vivre autrement qu’enfermé dans l’ombre dans une mine où il a toujours travaillé. La famille Ford lui laissera alors la fosse, pour qu’il continue à y vivre, tandis que Nelle vivra avec Harry.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Des surprises, des embûches et des révélations >