Notre-Dame de Paris

par

Le portrait d’une époque

Notre-Dame de Paris est un roman du genre historique, qui révèle la vie de Paris au XIVème siècle. Le chapitre « Paris à vol d’oiseau » lui-même, essaie d’effectuer une reconstitution historique de Paris en 1482. L’œuvre résulte d’une recherche colossale entamée par l’auteur dans les registres et les archives de la ville.

L’auteur ouvre le récit par la célébration de la « Fête des fous ». Cette coutume du Moyen-Âge nous situe immédiatement dans une atmosphère de réjouissance populaire, démontrant ainsi l’aspect culturel et social de cet ouvrage. En effet, la « Fête des fous » était à l’origine un évènement religieux qui prenait place dans les villes abritant les cathédrales d’Autun et de Paris. A l'époque décrite par Victor Hugo, la fête des fous était un évènement populaire : on y dansait, chantait, faisait des tours de magie, du théâtre, des farces, des mimes, etc. Les prêtres marchaient déguisés dans les rues, jongleurs et acrobates arrivaient de partout. Ainsi, d’après l’auteur : « Il devait y avoir feu de joie à la Grève, plantation de mai à la chapelle de Braque et mystère au Palais de Justice. Le cri en avait été fait la veille au son de trompettes dans les carrefours, par les gens de Monsieur le prévôt, en beaux hoquetons de camelot violet, avec de grandes croix blanches sur la poitrine ». À l'apogée de la fête, on élisait un « Pape des fous » ou « Roi des fous » lequel par la suite effectuait une parade à travers les rues de la ville.

Le roman a également une dimension politique, qui permet à Hugo d’affirmer ses convictions politiques sur plusieurs sujets.

Premièrement, Hugo dénonce la destruction des patrimoines historiques de l’époque, dont le plus important ici est la cathédrale Notre-Dame de Paris. « Il [Hugo] sera aussi infatigable à défendre nos édifices historiques que nos iconoclastes d’écoles et d’académies sont acharnés à les attaquer », dira son éditeur dans une note ajoutée à l’édition définitive de 1832. Il se bat donc pour la préservation de l’héritage architectural, constamment mis en péril à cette époque, par des actes de vandalisme aléatoires, dont ceux commis durant la révolution de 1789. Il en est de même des réparations qui semblent contrefaire l’architecture originale de ces monuments. Pour Hugo, la cathédrale Notre-Dame de Paris est l’un des piliers de l’art gothique de son époque, et ce n’est que chose juste de maintenir l’authenticité d’un tel chef-d’œuvre.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le portrait d’une époque >