OEdipe roi

par

Le destin clef du tragique dans la pièce

A. L’ironie tragique exacerbée

 

La célébrité du mythe participe à faire d’Œdipe roi une pièce propice à l’ironie tragique. C’est parce quetout le monde en connaît l’issue tragique que chaque parole dès le début de lapièce peut être vue sous la lumière d’une ironie tragique.

Ä   Rappel surl’ironie-tragique : elle implique, au théâtre,l’ignorance où se trouve le personnage de sa propre situation alors que lepublic connaît cette situation ; de là se crée une connivence entrel’auteur et le lecteur-spectateur, qui peut donner aux paroles des personnagesun sens dont ces derniers n’ont pas idée.

Il semble alors évident que toute la pièce peut être lue à la lueur decette ironie. Dès l’entrée, lorsque Créon se dit porteur de « bonnes nouvelles » alors même quecette annonce (celle de la poursuite de l’assassin de Laïos) est une nouvelletragique pour Œdipe, une nouvelle qui scelle la perte du personnage.

L’acmé de cette double parole se situe dans le discours de Jocaste qui n’ade cesse de vouloir rassurer Œdipe en prouvant l’invalidité des oracles. Pour cefaire, elle utilise des paroles qui ont l’effet contraire, elle inquiète Œdipeet prouve la validité des oracles. Toutau long de ses répliques, Jocaste utilise donc un langage qui dépasse sesintentions ; sanss’en rendre compte, elle donne des indices qui permettent d’entrevoir la vérité :la précision du lieu où fut tué Laïos, le moment  – « peuavant ton accession au pouvoir chez nous » ; la ressemblance physique de Laïos et d’Œdipe : « ilavait à peu près ton aspect » ; l’attitude du pâtre témoin qui veut quitter Thèbes : « Dès sonretour, quand il vit que c’était toi qui étais au pouvoir après la mort deLaïos, il me supplia avec instance de l’envoyer à la campagne… il voulait quela ville fût le plus loin possible de ses regards. »

L’ironie tragique se situe donc au niveau des paroles de Jocaste et deCréon, mais plus encore c’est toute l’attitude d’Œdipe qui est pétrie de cetteironie, ses actes vont le conduire lui-même à sa perte, il ne cesse de parlerde lui sans le savoir. En effet, lorsqu’Œdipe dicte lesort qui attend le meurtrier de Laïos, c’est en fait à lui-même qu’il s’adresse,il ne croit pas si bien dire quand il affirme qu’il défendra la cause deLaïos « comme s’il était [son] père ».

 

B. Le destin, dérèglement à l’origine du tragique et qui entraîne terreuret pitié

 

C’est toujours l’annonce du destin qui engendre l’hybris tragique, le déchaînement des passions : orgueil,violence, colère ne cessent d’apparaître à l’excès dans la pièce. La violenceronge toutes les sphères de la vie privée à la vie publique, du régicide au parricide :

– D’abordau sein de la famille : trois variations du thème de la violence sontprésentées – l’infanticide (Laïos et Jocaste qui ordonnent de tuer leur fils), leparricide (Œdipe tue son père) et l’inceste (mariage d’Œdipe avec Jocaste).

– Ensuiteau sein de la cité : il s’agit d’une violence politique par lemeurtre du roi, acte le plus violent imaginable dans cette sphère. On peutparler également de violence sociale avec le sphinx (envoyé par Héra, quiravage les champs, terrorise la population après le meurtre de Laïos) et lapeste qui tue les citoyens de Thèbes. La peste estd’ailleurs une métaphore du désordre absolu, et les périphrases utilisées pourla désigner sont symptomatiques de ce désordre : « la cité. – tu le vois toi-même –, toutesecouée par la tourmente, peut à peine soulever sa tête hors desgouffres et des remous sanglants. »

– Hybris d’Œdipecolérique et orgueilleux : cf. le discours du début de la pièce oùŒdipe se présente comme un bon roi et comme un homme illustre. De même à l’annoncede l’oracle de Tirésias, il croit immédiatement à la jalousie deCréon et se laisse « emporter par lacolère » comme le dit le coryphée.

Ce sontces dérèglements qui sont à l’origine du tragique de la pièce puisque ce sonteux qui font naître chez le spectateur terreur et pitié (devant le sort quiattend Œdipe), les deux principales émotions que fait naître une tragédie selonAristote.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le destin clef du tragique dans la pièce >