Oh ! Les beaux jours

par

Acte I

La pièce se passe dans la nature, mais ce n'est pas une nature chantante et florissante. On a plutôt affaire à quelque chose de l'ordre du désertique, voire du post-apocalyptique : herbe sèche, relief fait de monts et de trous, étendue vaste mais vide.

Le réveil sonne. Winnie, femme d'une cinquantaine d'années, coquette, se lève et entame sa routine quotidienne : tout en marmonnant en boucle des bouts de phrases qui laissent entendre que la vie ne va pas si mal pour elle (essaie-t-elle de s’en persuader ?), Winnie prie, se brosse longuement les dents, nettoie longuement ses lunettes, nettoie longuement sa brosse à dents. Bientôt, elle s'empare de son ombrelle et réveille Willie, homme d'une soixantaine d'années, en lui donnant des coups. Tandis que Winnie prend son antidépresseur puis se maquille, Willie s'active doucement, s'assied et lit le journal à voix haute. Chaque phrase lue par Willie évoque des souvenirs vagues à Winnie qui termine de s'habiller.

Après cela, longuement, Winnie explique à Willie l'importance de sa présence : le fait de ne pas être seule – même si Willie ne lui parle quasiment jamais et ne l'entend probablement pas – occupe ses journées, du réveil au sommeil. Soudain, elle panique car elle se rend compte qu'elle ne s'est pas coiffée. Elle s’apaise en se souvenant qu'elle a le temps en...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Acte I >

Dissertation à propos de Oh ! Les beaux jours