Oh ! Les beaux jours

par

Une pièce truffée de références

Oh ! Les beaux jours est en effet une pièce théâtrale truffée de références. Elles viennent de divers domaines : la religion, la musique, la poésie… L’on peut affirmer que Winnie est d’origine chrétienne. De fait, les références à la religion viennent d’elle. La totalité de ses prières est, selon les didascalies, majoritairement inaudible. Seulement, elles contiennent le nom de Jésus-Christ et c’est grâce à cette indication que l’on peut affirmer son appartenance au christianisme. D’après certaines indications et propos de l’auteur, Winnie doit être perçue comme un oiseau. Un oiseau qui rêve de voler librement dans le ciel azur. Un oiseau emprisonné dans le mamelon mais qui ne peut s’empêcher de chanter et de rêver à ses grandes ailes déployées dans les cieux. De plus, les termes « chant » et « chanson » reviennent constamment dans le texte. Des didascalies permettent également de savoir que Winnie écoute très souvent des chansons grâce à une boîte à musique. Il arrive quelquefois dans la pièce que le chant cesse pour laisser entendre Willie. Par ailleurs, le titre de l’œuvre ainsi que certaines occurrences dans le texte font immédiatement penser au « Colloque sentimental » de Verlaine à qui Samuel Beckett était désireux de faire référence. Il ne s’agit ici que de quelques occurrences car la pièce contient d’autres références.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Une pièce truffée de références >

Dissertation à propos de Oh ! Les beaux jours