Pawana

par

Mer et voyage : un métier plutôt qu’une aventure

La mer et le voyage sont des thèmes omniprésents dans l’œuvre. Les hommes qui s’engagent sur les baleiniers savent qu’ils resteront en mer plusieurs mois, jusqu’à ce qu’ils aient trouvé et tué assez de baleines pour remplir les cales du bateau et revenir au port d’attache pour la livraison. La mer revêt donc un aspect productif, nourricier, mais elle apparaît également comme un élément à dominer. Les hommes tirent leur subsistance de cette mer, et les voyages ne sont pas propices à la découverte et à l’ouverture d’esprit mais ont plus à voir avec une forme de colonialisme et sont indissociables de leur instinct de chasseurs, de leur affirmation comme maillons supérieurs de la chaîne alimentaire. Les baleiniers ne voient plus la mer que comme un moyen d’affirmer leur force, un moyen de subsistance, et espèrent en tirer le plus de profit possible, sans plus la respecter ni la craindre.

Dans le roman, le voyage se fait vers la Nouvelle-Californie, où la mer est plutôt calme et les lagunes nombreuses. Ces voyages sont l’occasion pour les marins de rencontrer ou de se confronter à des populations autochtones, souvent réduites en esclavage, dépréciées, niées dans leur humanité. Les marins sont aussi mis en présence de la faune, de la flore et des coutumes locales souvent exotiques sur ces terres nouvelles, avant de repartir en mer. Cependant, ces éléments de la vie indienne et d’une faune étrangère ne sont plus prétextes pour eux à l’émerveillement, au rêve et à la découverte. Ils ne font qu’attiser un désir de conquête et de domination exacerbé que regrette l’auteur. La mer et le voyage sont présentés par l’auteur comme la possibilité de découvrir un monde si riche en ressources, en opportunités et en découverte, que les hommes – il le déplore – ne peuvent rien faire d’autre que l’envier, le détruire et se l’approprier par la force. L’auteur tente donc de faire se renouer chez l’homme ce lien naturel qui devrait l’unir sans discontinuer à la nature de sa naissance à sa mort.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Mer et voyage : un métier plutôt qu’une aventure >