Sido

par

La mère : Sido

Sido (contraction de Sidonie) est l’héroïne éponyme duroman, bien qu’elle n’en soit pas la narratrice. Elle est le personnage centralde la famille, la mère de la narratrice ; admirée par cette dernière, elleprend peu à peu la forme d’une figure divine au fil du roman. Pierre Scie,critique littéraire, dit de cet ouvrage qu’il est « le plus pieux monumentqu’on éleva jamais à une mère ». Sido est la compagne du capitaine, qui estson second mari. Elle a eu Colette et un fils de son premier mariage, et deuxautres enfants de son remariage avec le capitaine.

En réalité, le côté divin de la mère s’applique surtoutau jardin de la maison où la famille vit. Sido apparaît comme la déesse dujardin et de la nature. Le jardin, qui représente un paradis pour les enfants,est magnifique, et ce grâce à Sido qui y passe beaucoup de temps, à planter,cultiver, afin que les fleurs soient toujours plus belles. Sido est présentéecomme divine par le pouvoir qu’elle a sur la nature : elle comprend lessaisons, elle anticipe le beau ou le mauvais temps simplement en regardant leciel et en écoutant le vent ; ainsi, elle est vue par Colette comme lareine de la nature, qui la contrôle et qui interagit avec elle, « Au centre d’une rose de jardins, devents, de rayons » ; on la trouve aussi qui « captait des avertissements éoliens… » – ellecommunique donc avec le ciel et le soleil : pouvoirs immenses.

Sido est une mère attentionnée, tant dans son travaildomestique qu’envers ses enfants. Très aimante, elle est une figure tendre etdouce, qui rassure et réconforte Colette, qui lui donne tout son amour. Ellesurnomme Colette « Beauté, Joyau-tout-en-or » ou encore son « Chef-d’œuvre »,car elle est très fière de sa fille, de sa passion pour la nature ; elle aavec elle une relation fusionnelle. Elle aime énormément son fils Achille,l’aîné, mais déteste sa belle-fille.

Elle enseigne tous ses savoirs à sa fille et l’initie àla nature et au travail du jardin.

Sido mêle la figure mystique et quasi divine à la figurematernelle et attachée à la nature, très prosaïque et manuelle, ce qui faitd’elle un être exceptionnel et surnaturel, doué de ce don qui la lie au vivant.

Femme libre, toujours en mouvement, elle fascine etincarne un amour impossible à maîtriser ; c’est pourquoi le capitaine en estéperdument amoureux. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La mère : Sido >