Tartarin de Tarascon

par

Résumé

Tartarin habite une luxueuse maison à Tarascon. Son jardin arbore des plantes exotiques, dont un baobab. Il est considéré comme le meilleur chasseur de Tarascon, bien qu’il n’abatte jamais de gibier. À Tarascon, la coutume veut que les chasseurs qui n’attrapent pas de gibier tirent un coup de fusil dans leur casquette. Et c’est Tartarin qui a la casquette la plus trouée. Tartarin est également le meilleur conteur de Tarascon ; tous les habitants de la ville considèrent que l’entendre narrer une histoire est un privilège. Pourtant, Tartarin s’ennuie et aimerait vivre de nouvelles aventures. Il se met continuellement dans des situations dangereuses, espérant se faire attaquer pour pouvoir se défendre.

            Un jour, il est appelé à Shangai où on lui offre un poste ; il est ravi à l’idée de vivre une aventure. Mais le soleil lui fait perdre la tête et il est persuadé d’y être allé, alors que ce n’est pas le cas. Plus tard, il va visiter une ménagerie ambulante en ville. Il s’arrête devant la cage d’un lion qui devient agressif. Tartarin ne réagit pas ; les habitants de Tarascon se mettent à penser qu’il prépare une vengeance, et qu’il prévoit de partir chasser le lion en Afrique. Poussé par les rumeurs, Tartarin décide en fin de compte de réellement partir à la chasse et se prépare alors pour ce projet en modifiant son train de vie. Mais trois mois plus tard, Tartarin n’est toujours pas parti en Afrique et il est alors tourné en ridicule par les habitants de Tarascon. Malheureux de ne plus être la vedette de sa ville, Tartarin se laisse alors entraîner par le commandant Bravida, qui est à la retraite, dans un voyage en Afrique. Tartarin prend alors le train pour Marseille en s’habillant à la mode algérienne, et il est confondu avec un Teur (un Turc). Il prend ensuite le paquebot le Zouave pour rejoindre le « pays des lions ».

            Sur le bateau, Tartarin souffre du mal de mer et se montre peureux ; lorsque le navire arrive à Alger, il croit tout d’abord qu’il vient de faire naufrage. Il découvre alors la ville d’Alger, qui est différente de ce qu’il imaginait, fortement semblable à Tarascon. De plus, il n’y a pas de Teurs dans la ville, et il se sent ridicule. Il a des hallucinations et il croit voir un lion ; il le tue, mais il s’agissait en réalité d’un âne. Il rembourse tout de même le propriétaire de l’animal. Il cherche alors un lion aux alentours de la ville, mais il n’en trouve pas. Un jour où il se rend dans un cabaret, on lui explique qu’il n’y a pas de lions dans les alentours de la ville.

            Alors qu’il prend un bus pour repartir à la recherche d’un lion, Tartarin se laisse charmer par une Mauresque. Il la suit lorsqu’il la voit descendre du bus, et elle lui offre alors un collier de jasmin, qu’elle lui lance. Tartarin le ramasse, et lorsqu’il se relève, elle a disparu. Cette Mauresque devient sa nouvelle obsession et il passe ses journées à la chercher, en oubliant complètement sa chasse au lion.

Sur sa route, il sauve le prince Gregory d’une querelle. Pour le remercier, ce dernier lui promet de retrouver la Mauresque qui l’a charmé. Il la retrouve le lendemain même. Tartarin apprend alors son nom : Baïa. Espérant obtenir un rendez-vous avec elle, il achète de nombreux articles au frère de celle-ci, qui est marchand. Il obtient finalement ce rendez-vous, et se rend compte qu’elle est fort différente de l’image qu’il avait d’elle dans ses souvenirs, mais il balaye rapidement cette idée de son esprit. Il s’installe avec elle. Deux mois plus tard, il rencontre Barbassou, un bon vivant qui vit entre Marseille et Alger, qui lui conseille de se méfier de Baïa. Tartarin, honteux de sa situation, quand on le pense en train de chasser des fauves, se décide finalement à repartir à la chasse au lion.

            Il monte dans une diligence et a encore des hallucinations : il croit que la diligence lui parle. Un homme qui monte à son tour dans la diligence se moque alors de lui, et Tartarin tente de l’impressionner en lui disant qu’il a été chasser avec Bombonnel, un grand chasseur de lions. Mais quand l’homme quitte la diligence, Tartarin apprend qu’il s’agissait de Bombonnel lui-même. Il renvoie la faute au soleil, qui lui cause ces hallucinations.

            Il arrive dans une ville où il rencontre un lion enchaîné. Il tente de le tuer, mais des gardes l’en empêchent. Le prince Gregory lui vient en aide et décide de le suivre constamment. Sur le chemin, Tartarin décide d’acheter un chameau pour être à la mode locale. Mais il est malade lorsqu’il monte sur le chameau. Au bout d’un mois, la recherche d’un lion est toujours vaine. C’est alors que Tartarin entend un soir un rugissement au loin. Il ne prend que son arme et part à la chasse. Lorsqu’il revient, le prince et ses affaires ont disparu. Tartarin pleure, mais se ressaisit et part tuer le lion. Cependant, il est jugé et reçoit une amende pour cette chasse, car le lion était en réalité la propriété d’un mendiant qui le montrait sur les places ; la pauvre bête, en plus, était aveugle. Il se sépare des derniers biens qui lui restent pour payer son amende. Il retourne ensuite à Alger pour retrouver Baïa. Mais elle a charmé un nouvel homme. De plus, tout le monde se moque de lui à cause de ses péripéties grotesques ; Barbassou l’aide à se venger puis Tartarin rentre à Tarascon.

            À son retour, les habitants de Tarascon sont fiers de lui, et impressionnés devant le chameau qu’il a ramené. Tartarin, qui en avait jusqu’alors honte et qui ne supportait plus l’animal, se prend de sympathie pour lui. Il raconte alors ses épopées en les enjolivant.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >