Traité sur la tolérance

par

Résumé

En 1762, la justice française condamne Jean Calas à la peine capitale par strangulation. Protestant, il aurait assassiné son fils afin qu'il ne se convertît pas au catholicisme. Cette accusation est totalement fausse : son fils s'est, en réalité, suicidé, et la sentence infligée à Calas punit moins ses actions que sa foi qui dévie de la norme en vigueur.

Voltaire, qui a pour habitude de s'engager dans ce genre d'affaires quand il y aperçoit un enjeu important, écrit son Traité sur la tolérance, publié en 1763, pour réhabiliter la mémoire de Jean Calas. Il y réussit d'ailleurs brillamment puisqu'aujourd’hui encore, on se souvient de Calas comme d'un innocent que la société a injustement tué par fanatisme.

 

            CHAPITRE I

            Voltaire fait un résumé de l'affaire. Il en arrive à la conclusion que même si Jean Calas est coupable du meurtre de son fils, cet événement est la preuve que la religion a des conséquences meurtrières sur la société. Soit le tribunal a exécuté Calas parce qu'il était protestant, soit Calas a tué son fils pour qu'il ne devienne pas catholique : dans les deux cas, la religion est mise en cause.

 

            CHAPITRE II

            Voltaire réfléchit à ce qu'implique l'affaire Calas. Il commence à dénoncer le fanatisme religieux du christianisme et propose de faire un inventaire des crimes qu'il a engendrés par le passé pour ouvrir les yeux du lecteur sur la nature du christianisme.

 

            CHAPITRE III

            Voltaire fait l'historique des crimes chrétiens, à partir de la Renaissance et de la Réforme.

 

...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Traité sur la tolérance