Un de Baumugnes

par

Les idées/thèmes exposées dans l’œuvre

Jean Giono défend donc une certaine conception du monde rural qui s’apparente à une répulsion envers le monde des villes. Il met donc en opposition urbanisation galopante et pérennité de la campagne.

 

Il opère cette comparaison en proposant un face-à-face entre les personnages : Amédée et Albin appartiennent tous deux au monde de la campagne, ils travaillent la terre et semblent ancrés dans cette terre de Provence qu’ils ne quittent jamais bien longtemps. Le personnage de Louis est en cela différent : bien qu’Albin le rencontre alors qu’ils travaillent tous deux aux champs, le jeune homme vient de la ville et apporte la saleté de celle-ci avec lui. Il est ensuite attiré de nouveau par Marseille, qui symbolise pour lui l’espoir d’un argent tellement plus facilement gagné qu’aux champs, au moyen de la prostitution d’Angèle Barbaroux. Giono le décrit en termes peu élogieux comme nous l’avons dit (cf. partie “Personnages”) ; son tatouage en forme d’insulte, la comparaison avec un légume dégénéré montrent bien que Louis appartient à un tout autre monde que celui de la campagne.

 

Giono présente ainsi la ville comme étant le lieu de tous les vices et de tous les maux, un endroit où même les plus sages se corrompent. Angèle, fille de la campagne, vivant à la ferme de son père de la Douloire, connaît bien la Provence et s’y enracine également. Lorsqu’elle décide de suivre naïvement Louis en ville, ses racines sont arrachées et lui causent une souffrance intolérable puisqu’elle ne trouvera que la perdition à Marseille.

Elle ne pourra recouvrer le bonheur qu’une fois rentrée à la Douloire, mais à quel prix : la corruption que l’on...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les idées/thèmes exposées dans l’œuvre >

Dissertation à propos de Un de Baumugnes