Une soirée

par

Florence

Florence estl’élément féminin de cette histoire d’amour à trois. Elle a rencontré Denis etRomain alors qu’ils étaient étudiants à l’université de médecine. De leuramitié commune naîtra le désir, et Florence aime l’un et l’autre avec la mêmeintensité, sans pouvoir ni vouloir choisir entre les deux. Lorsque Romaindécide de partir à l’étranger, Florence se rapproche de Denis et les deuxprotagonistes finissent par se marier.

Florence travailleen tant que pédiatre et se sent heureuse avec son mari, ses amis et sonquotidien. Mais le lecteur peut remarquer qu’il y a de nombreux non-dits dansleur mariage. Par exemple, leur passé à l’université est un sujet tabou. Demême, les pensées de Florence relativement au projet d’entreprise de Denis nesont jamais clairement révélées.   

Le point culminantde son histoire a lieu lorsque Romain réapparaît au cours d’une soiréeorganisée par des amis et dont le but est de mettreen œuvre un projet d’établissement spécialisé en chirurgie esthétique encollaboration avec Denis. Florence se rend subitement compte d’un fait qui vabouleverser sa vie : elle n’a jamais fait activement le choix de se marier avec Denis :« C’est Romain, dix-huit ans auparavant, qui avait décidé de sa vie ens’exilant. Il avait choisi pour elle. »

L’apparence physique de Florence n’est jamais miseen avant en tant qu’élément clé du récit. On apprend grâce à ses collègues àl’université, envieuses de sa double vie amoureuse, qu’elle est jolie sans êtreextraordinairement belle. Ses cheveux assez courts et son habitude de porterdes jeans vont de pair avec sa nature dynamique. La voixomnisciente du narrateur décrit de façon précise le caractère de ce personnage, ne laissant presque aucune place àl’interprétation du lecteur. Par exemple, son rythme de vie nous est clairementspécifié : « On l’appelait, elle répondait, même si elle n’avait pasle temps. » Cette impression de manque de temps se retrouve tout au longdu récit. Arborant un air soucieux renforcé par son front ridé, Florence estcondamnée à se livrer à une course perpétuelle, débutée à l’âge de quatorze ans alors qu’elle avait décidé de devenirpédiatre. Florence n’a jamais vécu la spontanéité et l’étourderie de l’adolescence,attendant impatiemment sa vie d’adulte : « Elle laissaitderrière elle l’enfance, l’adolescence qui lui avait paru si longue avec sonrêve en tête ! »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Florence >