Agro au maroc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 34 (8363 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CIHEAM - Options Mediterraneennes

Enjeux et perspectives de la filière agrumes du Maroc
Fatima El Hadad CIHEAM-IAM, Montpellier (France)

Résumé. Le Maroc disposant d'un avantage comparatif dans la production des agrumes (abondance et faible coût de la main-d'oeuvre) a décidé de perpétuer la spécialisation héritée de la période coloniale à travers un modèle de développement"agro-exportateur". Un important soutien de l'Etat a permis le développement soutenu de la production et des exportations d'agrumes. Mais, depuis quelques années, le Maroc est confronté à des difficultés pour maintenir sa position sur les marchés internationaux de plus en plus concurrentiels. Mots clés. Maroc – Filière agrumes – Fruits et légumes – Echanges internationaux – Echanges Europe/Maroc – Avantagescomparatifs – Exportations d'agrumes Abstract. The role of the state in the development of citrus as an export crop. Morocco has a comparative advantage in citrus production (abundant labour at low cost) and has decided to continue a specialisation inherited from the colonial period through an ‘agro-exporter’ development model. Substantial state support has enabled the strong development of theproduction and export of citrus fruits. However, Morocco has been confronted for several years with difficulties in conserving its position on increasingly competitive international markets. Keywords. Morocco – Citrus industry – Fruits and vegetable – International trade – Moroccan-European trade – Comparative advantages – Citrus exports

Introduction
Depuis l'indépendance, la filière agrumes, premiergroupe de fruits exportés, considérée comme un secteur stratégique participant à l'équilibre de la balance commerciale, a été hissée au premier rang des priorités de la politique agricole. Largement bénéficiaire des investissements publics et d'incitations à la production en tant que culture d'exportation irriguée, ce secteur a connu depuis les années 60 un développement soutenu. La demandeextérieure et l'existence d'un débouché immédiat et naturel, à savoir les marchés de l'Union Européenne (UE), ont été les facteurs moteurs de la croissance des exportations. Mais aujourd'hui, la position du Maroc est fragilisée sur ces marchés. En effet, après une expansion rapide des exportations dans les années 70, le Maroc est confronté depuis les années 80 à des difficultés pour maintenir ses partsde marché face à un rétrécissement des marchés d'exportation traditionnels. L'adhésion de l'Espagne à la CEE en 1986 et une internationalisation accrue des échanges ont modifié les règles du jeu dans le sens d'une concurrence plus intense qui oblige le Maroc à redéfinir sa position concurrentielle. Les milieux professionnels, producteurs et exportateurs qui accusent la réglementationprotectionniste de l'UE affichent un certain pessimisme quant à la préservation de la vocation exportatrice de la filière agrumes. Compte tenu de ces contraintes et du contexte économique d'ensemble, le Maroc parviendra-t-il à maintenir sa position concurrentielle ? A-t-il intérêt à encourager le développement du secteur des agrumes en tant que culture d'exportation alors que l'évolution du secteur estcaractérisée par une relative stagnation des exportations ? Avant d'examiner ces questions, nous aborderons l'action de l'Etat qui intervient de façon quasi systématique, aussi bien en amont qu'en aval de la filière, pour promouvoir et moderniser ce secteur en tant que source importante de devises1 par la mise en place de toute une série de mesures techniques et économiques.

Options Méditerranéennes,Sér. B / n°14, 1995 - Les agricultures maghrébines à l'aube de l'an 2000

CIHEAM - Options Mediterraneennes

I – Les actions de l'Etat en faveur de l'agrumiculture
Tous les plans de développement qui se sont succédés depuis 1957 ont accordé une large priorité au secteur agricole avec une forte volonté politique de promouvoir les cultures d'exportation. En amont de la filière, l'Etat...
tracking img