Baloulouo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (649 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
BACCALAUREAT PROFESSIONNEL
EPREUVE DE FRANCAIS

SESSION 1999 - Antilles (sujet de secours)

TEXTE
1           Il y a de certaines vérités qu’il ne suffit pas de persuader, mais qu’il fautencore faire
       sentir. Telles sont les vérités de morale. Peut-être que ce morceau d’histoire te touchera plus
       qu’une philosophie subtile.
            Il y avait en Arabie un petit peuple,appelé Troglodyte, qui descendait de ces anciens
5    Troglodytes qui, si nous en croyons les historiens, ressemblaient plus à des bêtes qu’à des
      hommes. Ceux-ci n’étaient point si contrefaits: ils n’étaient point velus comme des ours ; ils ne
      sifflaient point ; ils avaient des yeux ; mais ils étaient si méchants et si féroces qu’il n’y avait
       parmi eux aucun principed’équité ni de justice.
           Ils avaient un roi d’une origine étrangère, qui, voulant corriger la méchanceté de leur
10    naturel, les traitait sévèrement. Mais ils conjurèrent contre lui, le tuèrent etexterminèrent
        toute la famille royale.
           Le coup étant fait, ils s’assemblèrent pour choisir un gouvernement, et, après bien des
        dissensions, ils créèrent des magistrats.Mais, à peine les eurent-ils élus, qu’ils leur devinrent
        insupportables, et ils les massacrèrent encore.
15        Ce peuple, libre de ce nouveau joug, ne consulta plus que son naturelsauvage ; tous les
        particuliers convinrent qu’ils n’obéiraient plus à personne ; que chacun veillerait uniquement
       à ses intérêts, sans consulter ceux des autres.
             Cetterésolution unanime flattait extrêmement tous les particuliers. Ils disaient : «Qu’ai-je
        affaire d’aller me tuer à travailler pour des gens dont je ne me soucie point ? Je penserai
20    uniquementà moi ; je vivrai heureux. Que m’importe que les autres le soient ? Je me
        procurerai tous mes besoins, et, pourvu que je les aie, je ne me soucie point que tous les
        autres...
tracking img