Crise euro

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1775 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La crise financière. Les Crédit Default Swap (C.D.S.)
Publié le:25/09/2008
Dérivé de crédit / contrat d'assurance / crise financière

Le crédit default swap est un contrat d'assurance protégeant une banque contre un risque de crédit. Contrairement à un contrat d'assurance classique, il s'agit ici d'un instrument financier.
UN DÉRIVÉ DE CRÉDIT QUI PROTÈGE CONTRE LE RISQUE
UN DÉRIVÉ DE CRÉDITLes CDS font partie de la famille des dérivés de crédit.
Ils sont standardisés et régis par un contrat-cadre définit par l'International Swaps and Derivatives Association (I.S.D.A.), l'association qui réunit les acteurs mondiaux des marchés de dérivés et swaps.
Comme pour tout dérivé, leur rémunération varie en fonction de l'évolution du sous-jacent, c'est à dire de l'actif sur lequel ils sontadossés.
Exemple : le montant de la prime pour s'assurer sur la dette de Lehman Brothers, la semaine précédent sa faillite du 15 septembre 2008. Il avait été multiplié par 2 en quelques jours, passant de 400 à 800 points de base (un point de base = 0.01 %)
La prime est versée chaque semestre et la maturité de la transaction est le plus souvent de 5 ans.
UNE PROTECTION CONTRE LE RISQUE
 Depuisde nombreuses années, les banques cherchent à se protéger des événements pouvant toucher la dette de leurs clients : risques de défaillance, défauts de paiement, restructurations de dettes, etc. Ce souci a donné naissance au marché des Credit Default Swaps (CDS), qui a été initié par J.P. Morgan en 1990.
Concrètement : une banque est exposée sur un actif et cherche à s'assurer. Elle va payer uneprime au vendeur, qui en échange de cette somme, s'engage en cas de problème :
* soit à payer en espèces (cash delivery) le montant de la dette assurée moins le taux de recouvrement.Pour 10 millions d'euros avec un taux de 30%, le remboursement est de 7 millions.
* soit à acheter les titres (physical delivery) à leur valeur nominale pour pouvoir les revendre ensuite.Pour 10 millionsd'euros, il paie la totalité mais récupère les titres qu'il espère revendre plus tard à un prix plus élevé que les 30 % du taux de recouvrement.
DES MONTANTS EFFRAYANTS ET UNE GRANDE OPACITÉ
UNE GRANDE OPACITÉ
L'incroyable opacité du système est due à plusieurs causes :
* les CDS sont placés hors bilan chez l'assureur et sont traités de gré à gré (contrairement par exemple à des actions qui sontéchangées sur le marché boursier). Ils permettent également à la banque de transférer le risque à un tiers tout en gardant les titres dans son bilan ;
* ils assurent souvent non pas directement  de la dette identifiée (celle d'une entreprise ou d'un Etat par ex.) mais des obligations adossées à des prêts immobiliers, comme les CDO (Collaterized Debt Obligations). Or ces fameux CDO sont desmontages de différentes tranches de dettes, avec dans chacun un % assez faible de dettes très risquées (parce que ces ménages sont peu solvables et cesseront de rembourser leur prêt immobilier au moindre retournement de conjoncture). Ainsi les agences de notation chargées de vérifier la qualité de ces titres donnent la note maximale (AAA). Elle décident de ce classement  au vu de leurs modèlesmathématiques, qui ne prévoient pas de risque si seule la partie pourrie ne rembourse pas. Pour voir une excellente animation (en anglais) sur la crise liée aux CDO :http://www.portfolio.com/interactive-features/2007/12/cdo
→ Ainsi nous avons des dérivés qui n'apparaissent pas dans les bilans et sont adossés sur des titres dont personne ne sait vraiment ce qu'ils contiennent.
PLUS DE 60 000 MILLIARDSDE $
L'encours de ce marché a littéralement explosé ces dernières années pour atteindre plus de 60 000 milliards de dollars : cela représente l'équivalent de l'ensemble des dépots bancaires dans le monde.
Il  faut cependant savoir que les dérivés sur les taux (pour atténuer les fluctuations de taux d'intérêt) représentent 350 000 milliards de $. Le marché global des dérivés est donc tout...
tracking img