Dissertation candide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1838 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation Candide 

Sujet : Selon le critique contemporain Antoine Adam : « Les œuvres vivantes sont celles qui à travers les siècles, continuent d’éclairer, d’enchanter et d’émouvoir ». Cette affirmation vous parait-elle justifiée pour votre lecture de Candide ? Vous justifierez votre réponse en vous appuyant sur des passages précis du conte philosophique, même si vouspourrez, ici ou là, élargir votre réflexion à d’autres œuvres.

Voltaire, de son vrai nom François-Marie Arouet, est né à Paris, dans un milieu bourgeois et aisé. Très grand auteur Français, il est considéré comme le patriarche de la littérature du 18ème siècle. Son œuvre est extrêmement variée : romans, poésies, essais, texte politique (Traité sur la Tolérance) …    Voltaire était un ferventpartisan de la raison, faisant parti des philosophes des Lumières. Il dénonce dans tous ses écrits les abus, les préjugés et l’intolérance des hommes.
Candide est un conte philosophique de Voltaire, écrit à Genève et paru en Janvier 1759. Il raconte la mise en scène d’un jeune héros naïf, nourri de la pensée optimiste, qui va se confronter aux réalités du monde dans lequel il vit, grâce à denombreuses aventures.
Nous allons étudier la citation d’Antoine Adam, qui affirme que les grands écrits resteront gravés pour pouvoir nous éclairer, nous enchanter et nous émouvoir. Pour cela nous verrons tout d’abord en quoi les œuvres vivantes continuent d’éclairer, d’enchanter et d’émouvoir ; puis dans une seconde partie, pourquoi ces textes nous transmettent des idées qui seront à jamaisinébranlables et vitales pour l’Histoire du Monde.

La lecture du conte philosophique « Candide » est pour moi un véritable éclairage pour notre esprit critique, notre vision des choses et notre perception du monde. En effet, dans plusieurs chapitres de l’œuvre, l’auteur nous montre tout d’abord, qu’il faut garder et construire sa propre critique et non suivre les influences des autres ; comme par exemple audernier chapitre, où le héros dénonce totalement la philosophie de Pangloss, que le héros avait toujours suivie et approuvée qui affirme que « Tout est pour le mieux, dans le meilleur des mondes possibles », pour adopter sa nouvelle philosophie dite « Du Jardin » en coupant même la parole à son maître lors d’une de ces explications.
De plus, cet ouvrage nous dévoile le monde tel qu’il estvraiment, pour pouvoir nous préparer en quelque sorte à la vraie vie qui nous attend, car Voltaire décrit et accusent les atrocités de l’endroit dans lequel on vit : en effet, on peut voir au chapitre 3, le chapitre de la guerre, que une fois que Candide est chassé de la tranquillité du château, il est témoin d'une boucherie dite « héroïque », qui lui montre que tout n’est pas pour le mieux dans lemeilleur des mondes possibles.
Enfin, notre vision des choses est totalement bouleversée grâce à la lecture de ce conte philosophique : en effet, la question du mal qui est au cœur de l’ouvrage mais aussi de notre monde est posée, et Voltaire essayera de nous donner une réponse personnelle où il joint l’existence du malheur avec la bonté divine.

Cette œuvre vivante continuera toujours d’enchanterles lecteurs. En effet, ce livre tout en dénonçant subtilement, nous fait part d’un grand humour et d’une grande ironie, accompagnée de procédés stylistiques pouvant nous faire rêver et sourire. En effet, dès le chapitre 1, on peut constater une forte tonalité ironique mise en place par l’auteur, au moment où Candide déposera un baiser sur les lèvres de Cunégonde. Ce dernier prit sur le fait, sefera directement expulsé du château par un méchant coup de pied du Baron.
Ensuite, le conte a pour but d’amuser, de distraire, mais Voltaire y développe en arrière-plan un projet philosophique bien plus sérieux. Ce qu’il veut, c’est distraire tout en suscitant une réflexion dans l’esprit du lecteur, notamment par cette phrase toujours dans le premier chapitre : « Monsieur le baron était un des...
tracking img