Dissertations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1861 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA4 : Montaigne, Essais

Montaigne – « Sur l’institution des enfants ». Essais, Livre I, Chapitre 26

L’extrait s’insère dans une réflexion sur l’éducation cf. titre du livre. Dédié à « Madame Diane de Foix, comtesse de Gurson » et intitulé « Sur l'institution des enfants », le vingt- sixième chapitre du premier livre des Essais est un véritable traité sur l'éducation, dans lequelMontaigne expose ses idées pédagogiques.
Celles-ci concernent l'éducation des garçons d'origine noble. Montaigne écrit du reste dans le livre III, au chapitre 5, qu'il ne s'est pas mêlé de l'éducation de sa fille : « Je ne m'empêche aucunement de ce gouvernement: la police féminine a un train mystérieux; il faut le leur quitter. » Mais les préoccupations de Montaigne débordent ce cadresocialement limité et écartent toute attitude doctrinaire. Le chapitre a été écrit durant les derniers mois de 1579, peu de temps avant la naissance du premier enfant de Diane de Foix qui venait d'épouser en mai de la même année Louis de Foix, comte de Gurson. Pour l'auteur des Essais, il n'existe pas de norme universelle, il s'agit donc non de former en imposant mais d'amener l'enfant à être.Texte : essai : argumentation directe. Montaigne insiste sur l’importance de l’intérêt à porter au monde qui nous entoure.

I. L’éloge de la fréquentation du monde :
1. La thèse de Montaigne :
La position défendue par Montaigne apparaît dès la première phrase de l'extrait :
« Il se tire une merveilleuse clarté, pour le jugement humain, de la fréquentation du monde ».Une maxime : tournure impersonnelle / présent gnomique
Thèse défendue car le vocabulaire élogieux, hyperbolique /l’image de la lumière qui accomplit des prodiges ; elle tire de l’obscurité, elle ouvre l’esprit.
Sens du mot fréquentation ? C’est s’ouvrir aux autres (sens de l’altérité), idée d’habitude, de répétition c’est « frotter notre cervelle à celle d’autrui » (échange etla confrontation
( développement du jugement (but souligné par « pour ») : importance pour Montaigne (cf texte précédent)
Le verbe (« il se tire ») exprime le mouvement bien le mouvement qui va « du monde » au « jugement », de l’expérience à la réflexion.

2. L’exemple de Socrate (référence philosophique, historique et argument d’autorité)
C'est vers le philosophegrec que se tourne l'humaniste Montaigne pour cette leçon de sagesse. Socrate est ainsi pour l'humaniste du XVIe siècle un modèle d'ouverture, de tolérance.

Socrate, comme mis en scène ici (discours direct), est celui qui se tourne vers le monde, qui a cette capacité intellectuelle à se « décentrer » :
- Opposition (mais) « Athènes » ≠ « du monde » (reprise en écho valorisante
-Vocabulaire « étendue » / « jetait »
Le « monde », c’est l’idée qu’il faut élargir nos conceptions au-delà de nos conceptions étroites, au delà de notre nation ( cosmopolitisme.

Dans cet exemple tout suggère la vigueur de cet éloge:
- le pronom d'insistance « Lui » (1. 4) est mis en exergue;
- les comparatifs de supériorité « plus pleine », « plus étendue» (1. 4-5) souligne la qualité de « l'imagination » (capacité à se représenter ce qui est hors de sa vue) de Socrate ;
- la proposition « embrassait l'univers comme sa ville » (1. 5) suggère la faculté à varier son point de vue et son échelle de jugement
- l'opposition « non pas comme nous » (1. 6) renforce le caractère exemplaire de cette figure.

3. Ladernière phrase développe l’argument à travers une allégorie :
La dernière phrase reprend et développe l’idée. C'est une véritable leçon de relativisme qui est ainsi donnée dans la dernière phrase du passage, où s'exprime de manière très nette le point de vue de Montaigne.
- le tableau
- expliquer le sens de la phrase…

Il ne faut pas tout ramener à soi, mais...
tracking img