Dom juan i, 2

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1149 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I – UN ELOGE DE L’INCONSTANCE A / La construction de l’argumentation1 ) Réfutation de la thèse adverse ( fidélité ) : · La tonalité exclamative : DJ commence par un « Quoi ! » expressif (l. 15), qui suggère que l’idée que défend Sganarelle est impensable et inadmissible. · Les questions rhétoriques : « Tu veux qu’on se lie (…) ? » (l. 15-16). Le héros n’attend évidemment pasde réponse et la forme interrogative est une façon de dénoncer des propos soit-disant scandaleux. · Les accumulations : « tu veux qu’on se lie (…), qu’on renonce (…), et qu’on n’ait plus d’yeux pour personne ? » (l. 15-16 ) ; la phrase semble présenter une liste de reproches. Elle montre le poids que représenterait un tel comportement pour Dom Juan. · L’ironie : DJ utilise ensuitel’ironie à travers l’expression « la belle chose » (l. 16). Cette phrase signifie le contraire de ce qu’elle dit, et vise à critiquer ce que dit Sganarelle. · Le champ lexical de la mort : La fidélité est associée à une idée de mort, comme dans les expressions « ensevelir dans une passion » (l. 16) ( image de l’enterrement ), « être mort dès sa jeunesse » (l. 17) et « nous nous endormons » (l. 28).Par opposition, il valorise l’infidélité en lui associant l’idée d’un réveil « réveiller nos désirs » ( l. 29). 2 ) L’exposition de la thèse défendue ( infidélité ) : introduit par « pour moi » (l. 19).3 ) conclusion de l’éloge : « Enfin » indique le bilan. DJ termine par une comparaison audacieuse entre ses conquêtes amoureuses et celles d’Alexandre le Grand. B / L’énonciation1 ) DonJuan cherche à convaincre Sganarelle et pour cela il adopte une posture énonciative complexe : tantôt il s’affirme et revendique bien haut sa position, tantôt il s’abrite derrière des opinions qu’il présente comme étant conventionnelles. L’emploi des pronoms dans la tirade est révélateur de ce jeu de cache-cache de Don Juan.2 ) La P1 : Dans le passage allant de « Pour moi » (l. 19), expression miseen valeur par sa position en début de phrase, jusqu’à « changement » (l. 24), DJ utilise le « je » une dizaine de fois. De même, en fin de tirade, à partir de « j’ai sur ce sujet » (l. 30), on compte 4 occurrences du « je ». Dans ces passages, le discours prend un tour personnel au cours duquel DJ décrit son penchant irrépressible.3 ) « nous » et « on » : · Ces pronoms personnels font despropos tenus par DJ une vérité générale. ( Pour obtenir gain de cause, il faut rallier les foules et Don Juan le sait bien. ) Quoique défenseur d’une thèse marginale ( non-conformiste ), il arbore une posture générale. · Le style gnomique est bien repérable dans : - l’emploi du présent de vérité générale : « on goûte » (l. 24), « lorsqu’on en est maître » (l. 28 ), « est fini » (l.28), « nous nous endormons » (l. 28), « il n’est rien de si doux » (l. 30). - la brièveté de la formule : « la constance n’est bonne que pour les ridicules » (l. 17-18) qui ressemble à une maxime ( = proverbe ). Don Juan n’hésite pas à prendre aux honnêtes hommes du siècle, et dont il est l’opposé, la façon de parler sentencieuse. L’immoraliste prend les armes du moraliste pour prêcher saparole de séducteur.II – UN BRILLANT PLAIDOYER A / Dom Juan : une victime de l’amour 1 ) Les femmes sont sujets des phrases : « toutes les belles ont droit de nous charmer,... »(l. 18), « la beauté me ravit... » (l. 19), « un beau visage me le demande... » (l. 22-23) : ce sont elles qui cherchent à être séduites.2 ) Dom Juan est COD des verbes : il ne semble pas prendre une part activeau processus de séduction. Il semblerait que tout se déroule un peu malgré lui. 3 ) Même quand DJ est sujet, les verbes mettent en avant une forme de faiblesse : « je cède facilement »(l. 20) ou encore une incapacité dans « je ne puis refuser mon cœur » (l. 22). Don Juan retourne la situation pour se présenter comme une victime de l’amour. B / Un comportement conforme à la loiIl...
tracking img