Droit et justice

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3965 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Droit et Justice

Introduction

Depuis la nuit des temps, l'étude du Droit pose des questions récurrentes, quant à l'égalité, la justice et la sûreté.
Dans notre exposé d’aujourd’hui, il s’agira d’examiner à partir de notre modeste position d’étudiants en première année les rapports qui peuvent exister entre le Droit et la Justice.
De prime abord et à la lecture del’intitulé du titre de l’exposé « Droit et Justice », nous sommes amenés à nous poser un certain nombre de questions aussi bien d’un point de vue formel que conceptuel.
- Est-ce que la Justice équivaut au Droit ?
- Est-ce que la Justice fait partie du Droit ?
- Ou encore est-ce que c’est le Droit qui fait partie de la Justice ?
- Est-ce une relation commutative ? Peut-onplacer le Droit avant la Justice et vis versa ?
- Peut-on par exemple inverser l’ordre et parler de « Justice et Droit » ?
A notre humble avis, il nous semble opportun pour traiter un pareil sujet de commencer tout d’abord par poser un certain nombre de définitions du Droit et de la Justice comme première partie.
La seconde partie de notre exposée sera consacrée à la relationque ces deux concepts peuvent entretenir.

Partie I. Définitions conceptuelles du Droit et de la Justice

1. Le Droit et la Justice

1.1. Le Droit

La première difficulté à laquelle nous sommes confrontés vient de la définition même du terme droit. Celui-ci est en effet polysémique. Selon le dictionnaire Littré, le droit est un « Ensemble des règles qui régissent laconduite de l'homme en société, les rapports sociaux. ». Cela lui donne une importance considérable. Une notion polysémique.

1.1.1. Le droit naturel
Le droit naturel est le droit idéal qui présenterait un caractère d'universalité, d'imprescriptibilité qu'il tiendrait de la nature même de l'homme. Celle-ci lui confèrerait des droits supérieurs aux droits de la société et detoute autorité chargée d'édicter des règles sociales positives.
Non seulement la nature nous fait distinguer le droit de l'injustice, mais, d'une manière générale, les choses moralement belles de celles qui sont laides ; car une sorte d'intelligence, partout répandue, nous les fait connaître, et incline nos âmes à identifier les premières aux vertus, les secondes aux vices. Or croire que cesdistinctions sont de pure convention et non fondées en nature, c'est folie"[1].
Le droit naturel serait en quelque sorte l'ensemble des règles théoriques idéales qui devraient s'imposer, alors que le droit positif est l'ensemble des règles qui s'imposent.
1.1.2. Le droit positif

Selon les tenants du positivisme juridique, le droit est un phénomène social. La sociétéétablit des règles destinées à régir son fonctionnement et à organiser les relations, économiques ou politiques, des personnes qui la composent.
En première approche, le droit est un ensemble de règles destinées à organiser la vie en société. Le droit est alors vu sous l'angle de son objet : organiser la vie sociale. Elles sont donc formulées de manière générale et impersonnelle, sansconcerner personne en particulier, mais en visant toutes les personnes qui forment le corps social. Cette vision du terme droit est qualifiée de droit objectif. On envisage la règle de droit en elle-même et pour elle-même.
Le droit objectif est l'ensemble des règles juridiques obligatoires applicables dans un pays. Ces règles sont établies par le pouvoir régulièrement en place dans le pays et sontdestinées au maintien de l'ordre et de la sécurité, et par suite à « préserver les intérêts subjectifs légitimes et de réprimer les intérêts subjectifs illégitimes (Huguette Jones, 2002-03) ». On parle alors plus volontiers du Droit.
Le droit positif est l'ensemble des textes de loi d'une communauté, et de leur application par la justice, la jurisprudence. C'est le droit des juristes,...
tracking img