Economie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (979 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Annexe 3 (suite)
Conclusions rédigées de l’étude


LA SEGMENTATION DES JEUX VIDEO

L’institut GFK vient de publier les premiers chiffres relatifs au secteur du jeu vidéo pour 2009. On apprendainsi que le chiffre d’affaires du secteur du jeu vidéo en France pour l’année 2009 s’élève à 2,709 milliards d’euros, en recul d’environ 20% par rapport à 2008 (3,4 milliards d’euros de CA).
Lerecul est important, même si ce chiffre d’affaires constitue la 2ème meilleure performance historique du secteur derrière l’année 2009.
La France conforte malgré tout sa position de plus gros marchéd’Europe Continentale (hors GB).
Le secteur français de la production de jeux vidéo se caractérise par un tissu dense d’environ 130 PME dont le métier est de concevoir et de produire des programmesvidéoludiques de grande valeur, reconnus à travers le monde. Il emploie directement en production plus de 2000 personnes, auxquels s’ajoutent quelques 3000 emplois dans les secteurs de l’édition et ladistribution de jeux vidéo.
Nous créons en France des jeux vidéo depuis le début des année 80.
Le marché des jeux vidéo augmente pendant la période de Noël. Pour cela les entreprises doivent segmenterle marché pour se démarquer de leur concurrent et attirer la cible. Mais comment a évolué la segmentation des jeux vidéo ? J’ai décidé de l’étudier car je suis moi-même un adepte du jeu vidéo et nousallons voir dans une première partie s’il est préférable de cibler les personnes de sexe masculin ou féminin puis dans une seconde partie s’il est plus judicieux de toucher les adultes (+18 ans) oules enfants (-18 ans).

I. CIBLER LES FEMMES OU LES HOMMES ?

La segmentation est un découpage d’une population (clients) en sous ensembles homogènes selon différents critères(âges, sexe,…)
Unerecherche sur internet nous a démontré que la différence entre hommes et femmes est grande pour les joueurs « quotidiens » (9% contre 4%) et les joueurs « réguliers » (16% contre 8 %), mais...
tracking img