Erreur cause

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1571 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CAUSES DE L’ERREUR

CAUSES DE L ERREUR- RENE DESCARTES
L'erreur est privation et non négation
Cette indépendance de la volonté est d'ailleurs un signe de notre perfection relative : alors que notre entendement est imparfait (nous ne comprenons pas tout ; voir ce qui a été dit dans la section sur la théologie), notre volonté est illimitée, et elle s'étend plus loin que l'entendement.
Cettedifférence de perfection entre la volonté et l'entendement permet à Descartes de faire une « psychologie de l'erreur » : l'erreur se produit lorsque nous donnons notre assentiment à quelque chose que notre entendement ne conçoit pas clairement et distinctement. La cause de l'erreur n'est ni dans la volonté (perfection qui nous rapproche le plus de Dieu) ni dans l'entendement (nous pouvons prendreconscience de son imperfection), mais dans la conjonction des deux, lorsque nous jugeons avec précipitation et sur la base de nos préjugés.
Dieu, qui est parfait, ne peut pas être cause de l'erreur [14]: nous sommes donc responsables de nos erreurs, qui résultent de ce que nous ne maintenons pas notre volonté dans les limites de notre entendement. L'erreur est privation de notre point de vue,c'est-à-dire signe de notre imperfection; mais elle n'est rien du point de vue de Dieu, c'est-à-dire négation, car l'erreur n'a pas d'existence substantielle et ne résulte que du fait que « Dieu nous a pas donné tout ce qu'il pouvait nous donner, et (...) qu'il n'était point tenu de nous donner » [15]. Mais puisque l'erreur n'affecte pas notre nature elle-même, ce sont donc seulement des « défauts denotre façon d'agir » [16]. Par là Descartes s'oppose à une conception augustinienne et pessimiste de la nature humaine.
……………………………………………………………………………………………
Erreur fondamentale d'attribution
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L'erreur fondamentale d'attribution consiste à sous-estimer les causes situationnelles au profit des causes dispositionnelles.
En 1967, Jones et Harris fontécouter à des sujets des discours pro-Castro et anti-Castro. Les sujets doivent évaluer l'opinion réelle des orateurs envers Castro. On dit aux sujets soit que les orateurs parlent librement, soit, au contraire, qu'ils défendent un point de vue qui leur a été imposé au hasard. Lorsqu'ils croient que les orateurs parlent librement, les sujets estiment naturellement que les orateurs tenant un discourspro-Castro sont pro-Castro. Mais, dans le cas où les sujets croient que les orateurs ne sont pas libres, ils surestiment les opinions pro-Castro des orateurs qui tiennent des discours pro-Castro, et n'arrivent pas à tenir compte correctement du fait que ceux-ci jouent la comédie. Le résultat de cette expérience montre une erreur de jugement de la part des sujets due à la négligence descontraintes situationnelles. Les causes internes ont été surestimées par rapport aux causes externes.
C'est Lee Ross qui introduit le terme d'erreur fondamentale d'attribution, en 1977. Dans une expérience menée en collaboration avec Amabile et Steinmetz, Ross démontre à son tour la propension de l'individu à favoriser les causes internes. Dans cette expérience, un premier sujet, désigné commequestionneur, interroge un autre sujet, désigné comme questionné. Les questions portent sur la culture générale et sont rédigées par le questionneur en fonction de ses propres compétences et centres d'intérêt. Des observateurs doivent ensuite évaluer le niveau de culture générale du questionné et du questionneur. Le questionné ne sait bien évidemment pas toujours répondre aux différentes questions qu’achoisies le questionneur. L'expérience révéla que c'est toujours le questionneur qui est jugé le plus cultivé, alors qu'il n'a pas eu à répondre aux questions – et qu'on ne sait pas s'il en connaissait les réponses.
L'erreur fondamentale s'explique a priori par :
• un besoin de contrôle (possibilité de contrôler les facteurs internes),
• un besoin de justice sociale (responsabilité de ses propres...
tracking img